Wall Street au plus bas depuis 3 mois, les nuages s'amoncellent

mercredi 6 janvier 2016 23h05
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé mercredi à son plus bas niveau de clôture depuis début octobre, une nouvelle chute des cours du pétrole et le ton peu encourageant du compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale étant venus s'ajouter aux motifs de préoccupation des investisseurs, tentés de se replier sur les valeurs refuges.

Un regain d'inquiétude quant à l'impact du ralentissement chinois sur la croissance mondiale et le retour de la Corée du Nord parmi les foyers de tension géopolitique ont également pesé sur le marché actions.

L'indice Dow Jones a perdu 252,15 points, soit 1,47%, à 16.906,51. Le Standard & Poor's 500, plus large, a cédé 26,45 points (-1,31%) à 1.990,26 et le Nasdaq Composite a reculé de 55,67 points (-1,14%) à 4.835,77.

Après la publication ces derniers jours de plusieurs indicateurs décevants, la Banque populaire de Chine a fixé mercredi un cours pivot du yuan en nette baisse, alimentant les craintes d'un ralentissement plus marqué qu'anticipé de la deuxième économie mondiale.

"Ce qui se passe en Chine reste le facteur numéro un", explique Stephen Massocca, responsable de la stratégie d'investissement de Wedbush Equity Management. "Je pense qu'il y a une théorie qui circule selon laquelle l'économie mondiale va nettement ralentir à cause d'un ralentissement important en Chine."

L'annonce par la Corée du Nord du succès d'un essai de bombe à hydrogène, une affirmation mise en doute par les Etats-Unis, est par ailleurs venue s'ajouter aux tensions géopolitiques liées au Moyen-Orient.

L'indice de volatilité du CBOE, principal baromètre de l'anxiété des investisseurs, a bondi de 6,5% à 20,59 mais reste loin du pic de 23,36 atteint lundi.

Troisième grand motif de préoccupation pour les investisseurs: la remontée des taux d'intérêt. Le compte-rendu de la réunion de politique monétaire des 15 et 16 décembre a en effet montré que plusieurs responsables de la Réserve fédérale restaient préoccupés par la faiblesse de l'inflation.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS