2016 s'annonce sombre pour les matières premières avec la Chine

jeudi 31 décembre 2015 11h19
 

par Henning Gloystein et A. Ananthalakshmi

SINGAPOUR (Reuters) - L'année 2015 a marqué la fin abrupte d'une décennie d'envolée des cours des ressources de base, un coup dur pour les entreprises du secteur minier et de l'énergie sur fond de diminution de la demande en raison du ralentissement de la croissance chinoise. Et les perspectives pour 2016 ne sont guère meilleures.

Avec la chute des cours des matières premières - du minerai de fer au pétrole en passant par l'or - l'indice Thomson Reuters des ressources de base a abandonné un quart de sa valeur au cours de l'année écoulée pour toucher en décembre son plus bas niveau depuis 2002.

"La probabilité d'un scénario optimiste en 2016 est faible", estime Mark To, de Wing Fung Financial Group, à Hong Kong. "Le ralentissement de la croissance économique et les réformes structurelles en Chine pourraient contribuer à réduire la demande pour les ressources de base."

D'autant plus que la perspective de la poursuite de la remontée progressive des taux par la Réserve fédérale américaine, en renforçant le dollar, va renchérir le coût des matières premières pour les acheteurs internationaux.

Dans un contexte d'offre globale excédentaire et de diminution de la demande chinoise, le cours du minerai de fer a enregistré en 2015 une troisième année consécutive de pertes, avec une chute de 40%, et la tendance ne devrait pas s'inverser l'an prochain.

UN TOURNANT POUR LE CHARBON

Egalement affecté par la contraction de la demande chinoise, ainsi que par le développement des énergies renouvelables, le cours du charbon a perdu près d'un tiers de sa valeur cette année. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) et Goldman Sachs estiment que la demande mondiale a atteint son point culminant.   Suite...

 
Mine de fer en Australie. L'année 2015 a marqué la fin abrupte d'une décennie d'envolée des cours des ressources de base, un coup dur pour les entreprises du secteur minier et de l'énergie sur fond de diminution de la demande en raison du ralentissement de la croissance chinoise. Et les perspectives pour 2016 ne sont guère meilleures.   /Photo d'archives/REUTERS/Jim Regan