L'Arabie saoudite entend réduire son déficit budgétaire en 2016

lundi 28 décembre 2015 17h51
 

par Angus McDowall et Andrew Torchia

RYAD (Reuters) - L'Arabie saoudite, ses finances mises à mal par la chute des cours de pétrole, a annoncé lundi son intention de couper dans ses dépenses, de procéder à des réformes structurelles et de lancer des privatisations en 2016 afin de réduire son déficit budgétaire qui a atteint un niveau record cette année.

Le projet de budget 2016 dévoilé par le ministère des Finances constitue la plus importante inflexion de la politique économique du royaume depuis des années et comporte des réformes politiquement sensibles devant lesquelles les autorités avaient jusqu'ici reculé.

Il indique aussi en creux que le pouvoir n'attend pas de redressement des prix du brut dans un avenir prévisible et se prépare au contraire à des années de maigres recettes pétrolières. En octobre, le Fonds monétaire international avait averti que le premier producteur de l'Opep serait à court d'argent d'ici cinq ans s'il ne se serrait pas la ceinture.

"Notre économie a le potentiel de relever les défis qui se présentent", a déclaré le roi Salman dans un discours, ajoutant que la loi de finances 2016 ouvrait une ère qui verrait le pays diversifier ses revenus.

Le déficit budgétaire saoudien a atteint 367 milliards de riyals (89 milliards d'euros ou 98 milliards de dollars) en 2015, soit 15% du produit intérieur brut. Le projet de budget 2016 prévoit de le ramener à 326 milliards de riyals, ce qui devrait dispenser Ryad de céder des actifs à l'étranger.

L'objectif des dépenses a été fixé à 840 milliards de riyals contre 975 milliards effectivement dépensés cette année. Le ministère des Finances a précisé qu'il passerait en revue une série de projets gouvernementaux pour s'assurer de leur nécessité et de leur efficacité.

Les recettes sont quant à elles prévues à 514 milliards de riyals, contre 608 milliards en 2015, ce dernier chiffre à mettre au regard d'un objectif initial de 715 milliards.

Les cours du pétrole se sont établis à 54 dollars le baril en moyenne cette année mais ils sont maintenant descendus à moins de 37 dollars.   Suite...

 
A Ryad. L'Arabie saoudite, ses finances mises à mal par la chute des cours de pétrole, a annoncé lundi son intention de couper dans ses dépenses, de procéder à des réformes structurelles et de lancer des privatisations en 2016 afin de réduire son déficit budgétaire qui a atteint un niveau record cette année. /Photo prise le 22 décembre 2015/REUTERS/Faisal Al Nasser