Les valeurs à suivre sur les marchés américains

jeudi 24 décembre 2015 15h01
 

NEW YORK (Reuters) - Principales valeurs à suivre jeudi à Wall Street.

* FERRARI et FIAT CHRYSLER AUTOMOBILES. Deux des principaux actionnaires de la marque de luxe - la famille Agnelli et Piero Ferrari, fils du fondateur du groupe - ont conclu mercredi un pacte d'actionnaires leur garantissant près de la moitié des droits de vote, ce qui leur permettra de garder la main sur les destinées de Ferrari après sa scission de Fiat Chrysler.

* LOCKHEED MARTIN, BOEING. United Launch Alliance, coentreprise unissant Lockheed Martin et Boeing, a annoncé avoir commandé à la Russie 20 moteurs de fusée RD-180 supplémentaires, en plus des 29 commandés l'année dernière, avant l'annexion de la Crimée par la Russie.

* HYATT HOTELS CORP. La chaîne hôtelière américaine a annoncé mercredi avoir découvert le 30 novembre dernier une cyberattaque à son encontre, qui s'est manifestée sous la forme de l'infection de son système de traitement des paiements par un logiciel malveillant. Hyatt Hotels, qui a diligenté une enquête sur ce piratage dont elle n'a pas précisé les conséquences, est le quatrième grand opérateur hôtelier cible d'une attaque informatique depuis octobre, après Hilton Worldwide Holdings Inc, Starwood Hotels & Resorts Worldwide Inc et la chaîne d'hôtels de luxe de Donald Trump, Trump Hotel Collection.

* STAPLES et OFFICE DEPOT. Staples, leader américain des fournitures de bureau, a jugé mercredi que la Commission fédérale américaine du commerce (FTC) s'était fondée sur une application erronée des lois sur la concurrence pour motiver son recours contre son projet d'acquisition de son concurrent Office Depot pour 6,3 milliards de dollars (5,8 milliards d'euros).   Suite...

 
Ferrari et Fiat Chrysler Automobiles, figurent au nombre des valeurs à suivre à Wall Street. Deux des principaux actionnaires de la marque de luxe - la famille Agnelli et Piero Ferrari, fils du fondateur du groupe - ont conclu mercredi un pacte d'actionnaires leur garantissant près de la moitié des droits de vote, ce qui leur permettra de garder la main sur les destinées de Ferrari après sa scission de Fiat Chrysler. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid