Le marché français des fusions et acquisitions a reculé en 2015

mardi 22 décembre 2015 11h34
 

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Alors qu'au niveau mondial les fusions et acquisitions ont renoué en 2015 avec leurs plus hauts d'avant la crise financière, portées par les Etats-Unis, le marché français s'inscrit à contre-courant avec un net recul des transactions.

Pour autant, les entreprises françaises se sont révélées plus conquérantes que par le passé en se lançant dans des opérations d'acquisitions à l'étranger, surtout outre-Atlantique. Un appétit qu'elles devraient conserver en 2016, de l'avis de plusieurs banquiers d'affaires.

La chute des Bourses asiatiques cet été, sur fond d'inquiétudes sur l'état de santé de l'économie chinoise, a fait prendre conscience que les économies émergentes n'étaient pas la panacée. Et les entreprises se tournent de plus en plus vers les Etats-Unis pour diversifier leurs activités à l'international.

En témoignent le rachat en novembre de l'américain Airgas par Air Liquide ou l'acquisition au début du printemps d'Igate par Capgemini.

AccorHotels s'est de son côté renforcé outre-Atlantique avec la reprise de FRHI Holdings, le propriétaire des prestigieuses chaînes hôtelières Fairmont, Raffles et Swissôtel.

"Nous avons assisté cette année à une très nette accélération du dialogue transatlantique", explique Sophie Javary, responsable corporate finance chez BNP Paribas pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique. "Il devient plus difficile de convaincre les conseils d'administration de faire des opérations dans les pays émergents."

D'après les données de Thomson Reuters, les acquisitions d'entreprises étrangères par des groupes français ont crû cette année de 26% pour atteindre 64,1 milliards de dollars (58,71 milliards d'euros).

"Les perspectives résilientes de croissance aux Etats-Unis face à une conjoncture européenne atone et au ralentissement des économies chinoise et brésilienne contribuent à accélérer les réflexions stratégiques de certains groupes qui cherchent désormais à renforcer leur présence américaine par des acquisitions", souligne Catherine Soubie, responsable de la banque d'affaires chez Barclays pour la France, la Belgique et le Luxembourg.   Suite...

 
Alors qu'au niveau mondial les fusions et acquisitions ont renoué en 2015 avec leurs plus hauts d'avant la crise financière, portées par les Etats-Unis, le marché français s'inscrit à contre-courant avec un net recul des transactions. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier