Légère baisse du climat des affaires après les attentats

jeudi 17 décembre 2015 22h20
 

PARIS (Reuters) - Le climat des affaires s'est légèrement détérioré en France ce mois-ci après les attentats de novembre, qui ont surtout impacté les secteurs des services et du commerce de détail, selon les données publiées jeudi soir par l'Insee.

L'indicateur global, calculé à partir des réponses des chefs d'entreprise interrogés dans le cadre de cette enquête mensuelle, est ressorti à 101, en baisse de seulement un point par rapport à son plus haut depuis juillet 2011 touché en novembre.

La moyenne de long terme de l'indicateur se situe à 100.

Par secteurs, l'indicateur des services recule de deux points, à 99, et celui du commerce de détail de quatre points, à 105.

Mais celui de l'industrie a augmenté d'un point, à 103, alors que les économistes interrogés par Reuters l'anticipaient à 101. Et celui du bâtiment est ressorti également en hausse d'un point à 92, un plus haut depuis juin 2014.

L'indicateur de retournement pour l'ensemble de l'économie reste dans la zone indiquant une situation conjoncturelle favorable, souligne l'Insee.

Malgré sa baisse, due particulièrement au secteur de l'hébergement-restauration, le plus touché par le contrecoup des attentats, l'indicateur des services reste nettement au-dessus de son niveau de la fin de l'été.

C'est surtout le solde des opinions des chefs d'entreprise relatif à l'activité passée qui a souffert ce mois-ci alors que les perspectives pour l'activité future ne sont qu'en léger retrait.

De plus, le solde sur les investissements passés est stable, tandis que celui sur les investissements prévus s’améliore, les deux soldes se situant au-dessus de leur moyenne de long terme.   Suite...

 
LE CLIMAT DES AFFAIRES