Wall Street attendue en hausse de 5% en 2016

lundi 14 décembre 2015 16h14
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Une faible progression en 2015 et les attentes d'une amélioration de la croissance des profits des entreprises américaines pourraient permettre à Wall Street de poursuivre son mouvement haussier l'année prochaine mais la progression de son indice phare ne sera que de 5%, selon une enquête réalisée par Reuters.

La hausse des taux d'intérêt, à la suite du premier relèvement par la Réserve fédérale américaine de ses taux directeurs attendu mercredi, et une croissance mondiale atone représentent les deux risques les plus significatifs entourant cette prévision pourtant prudente, ont prévenu les stratèges interrogés.

L'indice S&P 500 est attendu à 2.207 points à la fin 2016, selon la médiane des prévisions des 46 analystes interrogés la semaine dernière. Il s'établirait ainsi 10% au-dessus de son niveau de clôture de vendredi à 2.012,37 points et 5% au-dessus de son niveau attendu à la fin de cette année.

A trois semaines de cette échéance, le S&P 500 est en baisse d'un peu plus de 2% par rapport à son niveau de la fin 2014. Les analystes s'attendent à ce qu'il termine 2015 à 2.100 points, ce qui représenterait une hausse de 2% sur l'année, soit la plus faible progression annuelle depuis 2011, qui avait été quasiment étale.

"Nous pensons que la hausse du marché va continuer mais nous sommes plus avancés dans le cycle et les rendements que nous attendons sont plus faibles que ce que nous aurions pu avoir plus tôt dans le cycle", a dit Jill Carey Hall (Bank of America Merrill Lynch).

A l'instar d'autres analystes, elle pense que l'amélioration de la croissance des profits soutiendra le marché l'année prochaine.

SURPRISES PAS EXCLUES   Suite...

 
Une faible progression en 2015 et les attentes d'une amélioration de la croissance des profits des entreprises américaines pourraient permettre à Wall Street de poursuivre son mouvement haussier l'année prochaine mais la progression de son indice phare ne sera que de 5%, selon une enquête réalisée par Reuters. /Photo prise le 11 décembre 2015/REUTERS/Brendan McDermid