Possible allongement des échéances de la dette grecque

dimanche 13 décembre 2015 12h39
 

ATHENES (Reuters) - La dette grecque peut être viable et l'objectif est de la reprofiler afin de permettre des remboursements réguliers en étendant les échéances, déclare samedi le directeur du Mécanisme européen de stabilité (MES), Klaus Regling, à l'hebdomadaire grec To Vima.

Il ajoute que, selon lui, la Grèce pourrait avoir de nouveau accès aux marchés obligataires d'ici la fin 2016.

Le Fonds monétaire international (FMI), poursuit-il sans donner de précisions, participera pour une faible part au troisième plan d'aide international à Athènes.

Lundi dernier, dans un entretien télévisé, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a accusé le FMI de formuler des exigences irréalistes, à la fois pour Athènes en matière de réformes et pour ses partenaires de la zone euro en matière d'allégement du fardeau de la dette.

"C'est une position que l'on ne peut pas qualifier de constructive dans le processus actuel", a déclaré Alexis Tsipras. "Le Fonds doit décider s'il veut un compromis, s'il reste dans le programme."

Samedi, le président du groupe de travail de l'Eurogroupe, Thomas Wieser, tout comme Klaus Regling, a indiqué que le FMI ne serait pas tenu à l'écart du troisième plan d'aide.

"Il n'y a aucune possibilité que le premier examen (par les créanciers des conditions attachées au plan d'aide) s'achève sans le FMI", a assuré Thomas Wieser à l'hebdomadaire Kathimerini.

"Ce n'est pas uniquement mon opinion personnelle ou celle des institutions européennes, c'est la réalité qui découle des procédures parlementaires dans plusieurs Etats membres", a-t-il ajouté.

Dans son interview à To Vima, Klaus Regling souligne qu'"il n'y aura pas de 'haircut' (réduction du montant de la dette-NDLR)" et que "le gouvernement grec semble l'avoir bien compris."   Suite...

 
La dette grecque peut être viable et l'objectif est de la reprofiler afin de permettre des remboursements réguliers en étendant les échéances, esitme le directeur du Mécanisme européen de stabilité, Klaus Regling. Il ajoute que, selon lui, la Grèce pourrait avoir de nouveau accès aux marchés obligataires d'ici la fin 2016. /Photo prise le 27 août 2015/REUTERS/Alkis Konstantinidis