La croissance britannique sous l'épée de Damoclès du Brexit

mercredi 9 décembre 2015 22h24
 

par Jonathan Cable

LONDRES (Reuters) - L'économie britannique devrait afficher une croissance régulière et solide en 2016 mais ses perspectives vont rester exposées à la menace du "Brexit", l'éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après le référendum promis par David Cameron, montre mercredi une enquête de Reuters.

Le Premier ministre s'est engagé à ce que le scrutin sur l'appartenance à l'UE se tienne d'ici la fin 2017 et l'incertitude sur l'issue du vote est considérée par les économistes et analystes interrogés comme le principal risque pesant sur l'économie britannique au cours de l'année à venir.

"Le référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'UE va considérablement augmenter l'incertitude des affaires et peser sur l'investissement des entreprises", estime ainsi Daniel Vernazza, d'UniCredit.

Si les derniers sondages en date donnent une courte majorité aux partisans d'une sortie du pays de l'UE, l'issue du référendum est plus qu'incertaine. David Cameron, qui a dit souhaiter le maintien de la Grande-Bretagne dans une Union réformée, doit négocier ces réformes avec le reste des Etats membres et les institutions communautaires.

L'agence de notation Moody's a estimé le mois dernier qu'une sortie de l'UE nuirait au commerce et à l'investissement britanniques au point de représenter un risque potentiel pour la note souveraine du pays.

La Banque d'Angleterre (BoE), elle, n'a pas pris parti dans le débat même si son gouverneur, Mark Carney, a déclaré en octobre que l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne avait contribué au dynamisme de son économie ces 40 dernières années.

REMONTÉE LENTE ET PROGRESSIVE DES TAUX EN VUE   Suite...

 
L'économie britannique devrait afficher une croissance régulière et solide en 2016 mais ses perspectives vont rester exposées à la menace du "Brexit", l'éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après le référendum promis par David Cameron, selon une enquête de Reuters. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville