Le Japon évite finalement la récession au 3e trimestre

mardi 8 décembre 2015 09h42
 

par Leika Kihara

TOKYO (Reuters) - L'économie japonaise a finalement échappé à la récession au troisième trimestre, selon des chiffres officiels publiés qui suggèrent que le pays est peut-être en meilleure santé qu'on ne le croit même si la Banque du Japon devrait continuer à être invitée à assouplir encore davantage sa politique monétaire.

Selon les données révisées du gouvernement, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 1,0% en rythme annualisé sur la période juillet-septembre alors qu'une première estimation datant du 16 novembre avait montré une contraction de 0,8% sur la période après un recul annualisé de 1,2% du PIB au deuxième trimestre.

Une récession se définit techniquement comme deux trimestres d'affilée de recul du PIB.

Au vu de statistiques récentes, les économistes anticipaient une révision positive du PIB au troisième trimestre, mais pas autant que ce qu'a annoncé le gouvernement : ils tablaient en moyenne sur une croissance annualisée de 0,1% sur la période.

Les investissements, donnés dans un premier temps en baisse de 1,3% mais caractérisés au bout du compte par une progression de 0,6%, ont été le moteur de la croissance, ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour le Premier ministre Shinzo Abe, qui ne cesse d'enjoindre les entreprises japonaises à réinjecter une plus grande partie de leurs bénéfices record dans l'économie.

L'Etat a ainsi mis en place un système de réduction d'impôts pour les entreprises bénéficiaires en échange de la garantie de ces dernières qu'elles vont augmenter leurs investissements.

Le 1er décembre, le ministère des Finances avait annoncé que les investissements des entreprises avaient enregistré au troisième trimestre leur plus forte croissance en huit ans, une donnée qui avait achevé de convaincre la plupart des économistes que la troisième économie mondiale n'était pas en récession.

  Suite...

 
L'économie japonaise n'est pas retombée en récession au troisième trimestre, comme l'annonçait la première estimation de l'évolution du produit intérieur brut, mais a au contraire connu une croissance de 1% en rythme annuel, selon les chiffres révisés. /Photo prise le 8 décembre 2015/REUTERS/Thomas Peter