Une opposition interne à la BCE a limité les ambitions de Draghi

lundi 7 décembre 2015 11h30
 

par Balazs Koranyi et John O'Donnell

FRANCFORT (Reuters) - Le fait que la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi des mesures d'assouplissement monétaire nettement en-deçà des attentes s'explique largement par la volonté des membres les plus orthodoxes de l'institut d'émission de rappeler à l'ordre son président Mario Draghi, ont dit des sources au fait des discussions.

Ce dernier ainsi que l'économiste en chef de la BCE Peter Praet avaient multiplié, au cours des semaines précédant la réunion de politique monétaire du 3 décembre, des propos disant que la BCE était prête à agir vite pour faire remonter l'inflation, laissant ainsi espérer un plan de soutien de grande ampleur à l'activité.

Mais, selon les sources, le conseil des gouverneurs de la BCE a décidé que, cette fois, il fallait décevoir les acteurs de marché, estimant notamment que les perspectives économiques s'étaient améliorées et que les nouvelles projections d'inflation n'étaient pas aussi mauvaises que redouté.

Les membres du conseil ont également gardé à l'esprit la quasi-certitude de voir la Réserve fédérale américaine relever ses taux d'intérêt le 16 décembre, jugeant que des mesures trop radicales de la BCE auraient affaibli encore davantage l'euro, voire contraint la Fed à temporiser pour éviter une divergence encore plus marquée entre les politiques des deux banques centrales.

La BCE a finalement abaissé l'un de ses taux directeurs et prolongé d'au moins six mois son programme d'achats de titres sur les marchés, faisant ainsi, aux yeux des investisseurs, le service minimum par rapport aux signaux qu'elle avait précédemment émis.

Cela s'est traduit par une chute entre 2% et 5% des principaux indices boursiers européens sur l'ensemble de la semaine dernière et une envolée de l'euro par rapport au dollar.

Vendredi, Mario Draghi a tenté de rectifier le tir en disant que la BCE restait prête à mettre en oeuvre des mesures supplémentaires si nécessaire.

  Suite...

 
Le fait que la Banque centrale européenne a annoncé jeudi des mesures d'assouplissement monétaire nettement en-deçà des attentes s'explique largement par la volonté des membres les plus orthodoxes de l'institut d'émission de rappeler à l'ordre son président Mario Draghi. /Photo prise le 3 septembre 2015/REUTERS/Ralph Orlowski