Les objectifs de LafargeHolcim éclipsent un trimestre décevant

mercredi 25 novembre 2015 13h18
 

par John Miller

ZURICH (Reuters) - LafargeHolcim a fait état mercredi de résultats trimestriels inférieurs aux attentes mais les investisseurs préfèrent retenir les déclarations du géant franco-suisse du ciment en matière de dividende et son objectif d'une génération de trésorerie d'au moins 10 milliards de francs suisses d'ici 2018.

A 13h10, le titre LafargeHolcim gagne 4,97%, à 51,91 euros, en tête de l'indice CAC 40 (+1,27%) et parmi les plus fortes hausses de l'indice Stoxx 600 (+1,2%). Il surperforme aussi l'indice des valeurs européennes liées aux matériaux de construction (+1,7%).

LafargeHolcim précise dans un communiqué avoir l'intention de verser un dividende de 1,50 franc par action au titre de 2015, contre une précédente proposition de 1,30 franc.

Pour la période 2016-2018, qui fera l'objet d'une présentation lors d'une journée investisseurs programmée le 1er décembre, le groupe entend "augmenter progressivement le dividende et atteindre un taux de distribution de 50% sur le cycle".

Parmi les autres objectifs annoncés à horizon 2018 figurent un excédent brut d'exploitation de plus de huit milliards de francs et une progression d'au moins 300 points de base de retour sur capitaux investis "comparé au niveau de 2015, grâce à des améliorations opérationnelles".

L'objectif d'une génération de trésorerie de 10 milliards de francs (9,2 milliards d'euros) "minimum" correspondrait "en 2018 à au moins six francs suisses par action sur une base annualisée".

"Mon ambition, d'ici fin 2018, est de faire en sorte que LafargeHolcim ait changé la donne en termes de génération de trésorerie dans notre secteur", a déclaré Eric Olsen, directeur général du groupe, lors d'une conférence téléphonique.

"Nous nous efforcerons de rendre de la valeur aux actionnaires via des dividendes et/ou des rachats d'actions".   Suite...

 
LafargeHolcim a annoncé mercredi une baisse plus marquée que prévu de son résultat opérationnel du troisième trimestre, le géant franco-suisse du ciment, du béton et des granulats ayant pâti des coûts de restructuration liés à sa fusion et d'un ralentissement de ses activités en Chine et au Brésil. /Photo prise le 15 juillet 2015/REUTERS/Arnd Wiegmann