La colère gronde au sein de Syriza en Grèce

mardi 23 juin 2015 12h12
 

par George Georgiopoulos

ATHENES (Reuters) - Des voix se sont élevées mardi au sein de la coalition au pouvoir en Grèce pour dénoncer les concessions proposées par le gouvernement d'Alexis Tsipras aux créanciers du pays dans l'espoir d'obtenir le versement d'une aide financière.

Les partenaires de la Grèce au sein de la zone euro ont salué lundi les nouvelles propositions de réformes du gouvernement grec en jugeant qu'elles pourraient servir de base à un accord dès cette semaine pour permettre au pays d'éviter un défaut sur sa dette.

Les investisseurs ont aussi exprimé leur soulagement en faisant bondir les principales Bourses européennes, qui poursuivaient leur hausse mardi.

Elu en janvier sur la promesse de mettre fin à cinq ans de politiques d'austérité, Alexis Tsipras a pourtant devant lui la tâche délicate de convaincre son parti, Syriza, d'accepter son programme de réformes, qui prévoit entre autres un recul de l'âge du départ à la retraite et une augmentation de certaines cotisations sociales.

"Je crois que ce programme tel qu'il est (...) est difficile à faire adopter par nous", a réagi mardi Alexis Mitropoulos, député Syriza et vice-président de la Vouli, le Parlement monocaméral grec, sur la chaîne de télévision Mega TV.

Sans le soutien d'une majorité de députés, Alexis Tsipras pourrait être contraint de retourner devant les électeurs, soit via un référendum soit via des législatives anticipées, ce qui prolongerait l'incertitude autour du sort de la Grèce et plus largement de l'avenir de la zone euro.

Privée de toute aide internationale depuis l'arrivée au pouvoir de Syriza, la Grèce manque de liquidités mais doit rembourser 1,6 milliard d'euros au Fonds monétaire international (FMI) le 30 juin.

  Suite...

 
Manifestation devant le Parlement grec lundi à Athènes. Des voix se sont élevées mardi au sein de la coalition au pouvoir en Grèce pour dénoncer les concessions proposées par le gouvernement d'Alexis Tsipras aux créanciers du pays dans l'espoir d'obtenir le versement d'une aide financière. /Photo prise le 22 juin 2015/REUTERS/Yannis Behrakis