Menaces sur les banques grecques après l'échec de l'Eurogroupe

vendredi 19 juin 2015 07h51
 

par Lefteris Papadimas et Jan Strupczewski

ATHENES/LUXEMBOURG (Reuters) - Les dirigeants de la zone euro tâcheront lundi de trouver le moyen d'éviter à la Grèce de faire défaut, lors d'un sommet d'urgence décidé dans la foulée d'un nouvel échec des discussions, jeudi, entre le pays et ses créanciers internationaux.

Le blocage des pourparlers, qui prive Athènes des moyens dont elle a besoin pour honorer ses remboursements de dette, a provoqué une telle accélération des retraits des banques grecques au cours des derniers jours que la Banque centrale européenne (BCE) se demande si elles pourront ouvrir lundi.

Lors d'une réunion de l'Eurogroupe organisée ce jeudi à Luxembourg, les ministres des Finances des 19 pays de la zone euro n'ont pas réussi à débloquer la situation. Les créanciers de la Grèce veulent que le pays accepte ses conditions - notamment une diminution des retraites et une hausse de la TVA - pour avoir une nouvelle aide, ce qu'Athènes refuse obstinément.

"Malheureusement (...), des progrès insuffisants ont été accomplis. Un accord n'est pas en vue", a déclaré Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, lors d'une conférence de presse, tout en ajoutant qu'il revenait à la Grèce de faire une nouvelle proposition.

Le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, a pourtant estimé avoir soumis une "proposition radicale" à ses collègues, portant sur la création d'un conseil budgétaire indépendant de surveillance de l'exécution budgétaire, avec, à la clef, un frein automatique au déficit.

Fustigeant le refus des 18 autres ministres des Finances de prendre en compte cette proposition, Yanis Varoufakis a déclaré que la zone euro était "dangereusement proche" d'un état d'esprit "qui accepte un accident".

Le tour acrimonieux des échanges entre la Grèce et ses interlocuteurs a amené Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), à appeler à la restauration d'un dialogue "avec des adultes autour d'une table".

Pendant que les positions des uns et des autres continuent d'être figées, plusieurs milliers de manifestants se sont réunis jeudi à Athènes pour clamer leur attachement à l'Europe et à la monnaie unique.   Suite...

 
Plusieurs milliers de manifestants se sont réunis jeudi à Athènes pour clamer leur attachement à l'Europe et à la monnaie unique. Un sommet d'urgence, prévu lundi, a été décidé dans la foulée d'un nouvel échec des discussions, jeudi, entre la Grèce et ses créanciers internationaux. Les dirigeants de la zone euro tâcheront lundi de trouver le moyen d'éviter à la Grèce de faire défaut. /Photo prise le 18 juin 2015/REUTERS/Yannis Behrakis