Au Bourget, avionneurs et motoristes face au défi de produire plus

samedi 13 juin 2015 18h54
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - La moisson de commandes d'avions attendue au salon du Bourget va encore accroître la pression qu'Airbus et Boeing font peser sur les fournisseurs aéronautiques pour accélérer leurs cadences de production, estiment des analystes.

Les principaux avionneurs devraient engranger quelque 800 commandes brutes au salon qui se tient près de Paris du 15 au 21 juin, non loin du total du salon britannique de Farnborough en juillet 2014, observe Tom Captain, responsable mondial de l'aéronautique et la défense chez Deloitte.

Le PDG d'Airbus Fabrice Brégier a dit fin mai que le constructeur européen pourrait annoncer "plusieurs centaines" de commandes au Bourget, après avoir engrangé cette année 247 commandes brutes au 31 mai contre 165 pour Boeing au 2 juin.

Après un record de plus 2.800 commandes en 2014, les nouveaux achats d'avions cette année vont porter le carnet de commandes moyen à plus de neuf ans de chiffre d'affaires, contre quatre ans en 2005, souligne Tom Captain.

"Avoir un aussi gros carnet de commandes comporte un risque: les progrès technologiques avancent tellement vite qu'un client ayant commandé un avion peut finalement vouloir un appareil plus récent", prévient-il, notant des perturbations à prévoir dans les plannings de livraisons.

RISQUES SUR LES PETITS FOURNISSEURS

Pour répondre à la demande, Airbus et Boeing orchestrent de spectaculaires montées des cadences de production dans les années à venir, avec notamment plus de 60 A320 par mois à terme contre 42 actuellement.   Suite...

 
Au 51e salon du Bourget. La moisson de commandes d'avions attendue au salon du Bourget va encore accroître la pression qu'Airbus et Boeing font peser sur les fournisseurs aéronautiques pour accélérer leurs cadences de production, estiment des analystes. /Photo prise le 13 juin 2015/REUTERS/Pascal Rossignol