Wall Street finit en hausse avec les ventes au détail

jeudi 11 juin 2015 22h34
 

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en hausse jeudi en réaction à l'annonce de ventes au détail supérieures aux attentes en mai, mais le marché, toujours suspendu aux négociations sur la dette grecque, a terminé sous ses meilleurs niveaux de la séance.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a pris 38,97 points, soit 0,22%, à 18.039,37 et le S&P-500, plus large, a gagné 3,66 points ou 0,17% à 2.108,86.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 5,82 points (0,11%) à 5.082,51.

Le Dow a atteint en début de journée son meilleur niveau en six séances en réaction aux chiffres meilleurs que prévu des ventes au détail de mai, qui confirment l'élan retrouvé de la croissance aux Etats-Unis.

Mais la décision du Fonds monétaire international de quitter les négociations en cours à Bruxelles sur la Grèce, avec son représentant qui a évoqué des "divergences majeures", a fait refluer les marchés actions qui espéraient qu'un accord soit à portée après des mois de tractations entre Athènes et ses créanciers internationaux.

L'autre fait marquant du jour a été la statistique des ventes au détail qui sont ressorties en progression de 1,2% en mai, un peu au-dessus du consensus (+1,1%), tandis que les chiffres de mars et d'avril été révisés à la hausse à respectivement +1,5% et +0,2% au lieu de +1,2% et zéro.

Ces bons chiffres, faisant suite aux créations d'emplois également plus fortes que prévu et aux enquêtes montrant une stabilisation de l'activité manufacturière, confirment que la reprise de la première économie mondiale accélère après le coup de frein du premier trimestre et un début de deuxième trimestre poussif.

Les indicateurs confortent aussi le sentiment que la Réserve fédérale relèvera ses taux en septembre pour la première fois depuis près de 10 ans, mettant ainsi fin à sa politique monétaire expansive qui a porté les marchés boursiers ces dernières années.

La Banque mondiale a toutefois joint sa voix au Fonds monétaire international en exhortant la Fed à patienter jusqu'en 2016 avant de relever ses taux, afin de ne pas mettre en danger la croissance mondiale.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS