RBS monte, l'Etat britannique va amorcer sa sortie du capital

jeudi 11 juin 2015 12h26
 

par Matt Scuffham

LONDRES (Reuters) - L'action Royal Bank of Scotland monte jeudi en Bourse de Londres au lendemain de l'annonce par le ministre britannique des Finances, George Osborne, de la volonté du gouvernement de commencer à réduire la participation de l'Etat dans la banque.

Dans un discours prononcé mercredi soir à la City, George Osborne a déclaré que le gouvernement commencerait dans les mois à venir à vendre la part de 80% de l'Etat dans RBS, actuellement valorisée 32 milliards de livres (43,8 milliards d'euros).

Ce projet de cession est une étape majeure du redressement de la banque après la crise financière, mais il marque aussi l'abandon par le gouvernement de sa volonté initiale de réaliser une plus-value lors de la cession de ses parts.

Le titre de la quatrième banque du Royaume-Uni par la capitalisation, gagne 1,72% à 360,90 pence vers 11h55 à Londres, mais il reste en net retrait par rapport au prix moyen d'acquisition de la participation de l'Etat, qui ressort à 502 pence.

La banque Rothschild, qui conseille le gouvernement Cameron sur ce dossier, estime que le désengagement de l'Etat de RBS, nationalisée pour 45,8 milliards de livres pendant la crise pour lui éviter la faillite, devrait se solder par une perte de plus de sept milliards de livres pour le contribuable.

Le gouvernement souligne toutefois que le plan global d'aide au secteur bancaire, qui avait aussi conduit à l'Etat à entrer aussi au capital de Lloyds Banking Group, devrait se solder par un bénéfice pour le Trésor.

Selon des analystes, l'intérêt pour RBS devrait être élevé de la part des investisseurs institutionnels, manifestement prêts à mettre de côté les risques liés aux enquêtes en cours sur les pratiques fautives du groupe dans le passé et l'incertitude autour de l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne.

  Suite...

 
L'action Royal Bank of Scotland progresse jeudi matin à la Bourse de Londres au lendemain de l'annonce par le ministre britannique des Finances, George Osborne, de la volonté du gouvernement de commencer à réduire la participation de l'Etat dans la banque.   /Photo prise le 20 mai 2015/REUTERS/Neil Hall