Enquête sur des données effacées accidentellement de l'A400M

mercredi 10 juin 2015 07h40
 

par Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Une erreur d'installation du logiciel gérant les moteurs de l'A400M pourrait se trouver au centre d'une complexe succession d'évènements susceptibles d'avoir entraîné le crash de l'avion de transport militaire d'Airbus en Espagne, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Selon les analystes, comprendre la cause de l'accident qui a causé la mort de quatre des six personnes à bord d'un A400M pour un vol d'essai le 9 mai est crucial pour la confiance dans l'appareil dont les chances à l'exportation pourraient être affectées, même si Airbus prévoit de reprendre prochainement les livraisons.

Un responsable du constructeur aéronautique européen a mentionné des problèmes de contrôle de qualité dans la chaîne d'assemblage du quadrimoteur en Espagne.

Mais une enquête militaire espagnole pourrait permettre d'expliquer comment une exceptionnelle succession d'évènements peuvent conduire à un tel crash.

Au centre de l'enquête, encore à un stade initial, se trouvent des données propres à chaque moteur et indispensables à leur fonctionnement, ont précisé des sources proches du dossier.

Selon le scénario privilégié pour l'instant, les données, baptisées "paramètres de calibrage du couple d'hélices" ("torque calibration parameters"), ont été accidentellement effacées de trois des quatre moteurs.

Il est désormais conseillé aux pays clients de l'A400M de ne plus utiliser l'outil informatique d'Airbus qui a servi pour l'installation du logiciel, selon des sources proches du dossier.

Selon la conception de l'A400M, le premier avertissement que les pilotes recevraient en cas de problème des données liées au moteur n'interviendrait qu'une fois en l'air, environ 15 secondes après le décollage.   Suite...

 
Une erreur d'installation du logiciel gérant les moteurs de l'A400M pourrait se trouver au centre d'une complexe succession d'évènements susceptibles d'avoir entraîné le crash de l'avion de transport militaire d'Airbus en Espagne, selon des sources proches du dossier. /Photo prise le 12 mai 2015/REUTERS/Marcelo del Pozo