June 8, 2015 / 5:59 AM / in 2 years

Eurotunnel vend ses navires passagers MyFerryLink au danois DFDS

3 MINUTES DE LECTURE

Eurotunnel a annoncé dimanche avoir cédé à contre-coeur sa filiale MyFerryLink au danois DFDS, l'opérateur de tunnel sous la Manche ayant été contraint de procéder à cette vente suite à une décision de justice intervenue en début d'année. Le prix de l'opération n'a pas été dévoilé. /Photo prise le 8 février 2015/Pascal Rossignol

PARIS (Reuters) - Eurotunnel a annoncé avoir cédé à contrecoeur l'essentiel des actifs de sa filiale MyFerryLink au danois DFDS, après avoir été interdit de liaison Douvres-Calais par la justice britannique.

L'opérateur du tunnel sous la Manche aurait préféré céder ses deux navires de transport de passagers, le "Berlioz" et le "Rodin", à la Scop SeaFrance, coopérative de salariés exploitant les ferries.

Il conserve en revanche le navire "Nord Pas de Calais" dédié au transport de camions, dont l'exploitation restera poursuivie par SeaFrance.

Dans un communiqué, Eurotunnel dit "regretter que la Scop SeaFrance n'ait pas reçu le soutien nécessaire pour présenter une offre de reprise".

Le prix de l'opération n'a pas été dévoilé.

Après une longue bataille, la justice britannique a estimé que la commercialisation des traversées Douvres-Calais par Eurotunnel constituait un abus de position dominante.

Alors que la cour d'appel de Londres - saisie par la Scop - avait finalement autorisé fin mai MyFerryLink à poursuivre ses liaisons maritimes, Eurotunnel a préféré jeter l'éponge.

"La position des autorités de la concurrence britanniques ne laissait aucune place à Eurotunnel pour pouvoir poursuivre cette activité, la développer et y investir", a déclaré Jacques Gounon, PDG d'Eurotunnel, lundi lors d'une conférence téléphonique.

MyFerryLink avait été lancée en 2012 avec les navires rachetés par Eurotunnel à SeaFrance dans le cadre de la liquidation judiciaire de la société.

L'entreprise, qui emploie près de 600 personnes et détient une part de marché d'environ 12%, a pour rivaux directs l'opérateur danois DFDS et le britannique P&O Ferries

Eurotunnel, à qui la justice avait donné six mois pour cesser ses liaisons maritimes, avait annoncé son intention de se défaire de la société le 28 mai, propulsant dans la foulée le titre DFDS à un niveau record de 854 couronnes.

En Bourse, Eurotunnel cède 2,5% à 12,875 euros à 15h45, alors que l'indice SBF 120 recule de 0,98%. Depuis le début de l'année, le titre gagne 20%.

Avec Dominique Vidalon, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below