Wall Street dans le flou sur les valorisations et les taux

dimanche 7 juin 2015 17h48
 

par Noel Randewich et Ryan Vlastelica

SAN FRANCISCO/NEW YORK (Reuters) - Wall Street se prépare à une nouvelle semaine dans le flou, les spéculations sur le moment que choisira la Réserve fédérale pour relever ses taux venant s'ajouter aux inquiétudes sur les niveaux de valorisation.

Depuis ses derniers records il y a deux semaines, le marché boursier américain se cherche une direction. Vendredi, la publication de chiffres de l'emploi meilleurs que prévu a fait baisser les indices Dow Jones et Standard & Poor's, les investisseurs en déduisant que la Fed pourrait amorcer dès avant la fin de l'été son cycle de hausse des taux.

Le Dow a cédé 0,31% et le S&P-500 0,14%, portant leurs reculs respectifs à 0,90% et 0,69% sur la semaine.

La dernière enquête de l'Association américaine des investisseurs individuels (AAII, American Association of Individual Investors) illustre bien le manque d'orientation des investisseurs. Interrogés sur leur sentiment pour les perspectives du marché à un horizon de six mois, 48% des investisseurs particuliers interrogés ont une opinion neutre, 27% ont une opinion positive et 25% une opinion négative.

La proportion d'avis positifs est inférieure à 30% depuis maintenant cinq semaines, une série sans précédent depuis 2003, alors que les avis neutres ont dépassé les 45% depuis neuf semaines maintenant, du jamais vu depuis 28 ans qu'existe l'enquête.

LES APPELS DE MARGE INQUIÈTENT

Un motif d'inquiétude est l'augmentation régulière des investisseurs qui empruntent pour acheter des actions. Les appels de marge ont atteint un montant record de 507 milliards de dollars (456 millions d'euros) à la mi-avril, selon les dernières données disponibles du New York Stock Exchange, évoluant alors de pair avec la hausse du S&P-500.   Suite...

 
Wall Street se prépare à une nouvelle semaine dans le flou, les spéculations sur le moment que choisira la Réserve fédérale pour relever ses taux venant s'ajouter aux inquiétudes sur les niveaux de valorisation. /Photo prise le 24 mars 2015/REUTERS/Brendan McDermid