Athènes reporte ses paiements, les négociations piétinent

jeudi 4 juin 2015 23h02
 

par Jan Strupczewski et Renee Maltezou

BRUXELLES/ATHENES (Reuters) - La Grèce a annoncé jeudi au Fonds monétaire international qu'elle reportait à la fin du mois un remboursement prévu vendredi, alors que les négociations avec l'Union européenne et le FMI continuent d'achopper sur la question politiquement sensible des retraites.

Le FMI a annoncé qu'Athènes comptait regrouper en une seule échéance payable le 30 juin ses quatre remboursements dûs ce mois-ci -- 1,6 milliard d'euros au total --, repoussant ainsi le risque d'une faillite imminente.

L'étirement des négociations, qui pourraient encore se prolonger après cette initiative, fait craindre aux créanciers d'Athènes qu'une troisième extension du plan d'aide ne soit nécessaire, ont déclaré des responsables de la zone euro.

Les représentants des ministères des Finances de la zone euro en ont informé un représentant du gouvernement grec lors d'une conférence téléphonique jeudi soir. "Ils ont exprimé l'inquiétude qu'il puisse être nécessaire de recourir à une troisième extension du programme en cours", a dit un responsable de la zone euro au fait de la discussion.

Le plan de 240 milliards d'euros a été prolongé en février jusqu'à la fin du mois de juin.

L'UE et le FMI ont demandé au gouvernement d'Alexis Tsipras de s'engager à réduire les dépenses de retraite, à réformer le marché du travail et à poursuivre un programme de privatisations, a-t-on appris de sources proches des discussions.

Mais ces exigences vont au-delà des "lignes rouges" tracées par Athènes et Alexis Tsipras, qui avait accepté mercredi de transmettre une proposition de compromis dans la journée de jeudi, ne l'a pas fait, a déclaré un responsable de l'UE.

  Suite...

 
La Grèce a annoncé jeudi au Fonds monétaire international qu'elle reportait à la fin du mois un remboursement prévu vendredi, alors que les négociations avec l'Union européenne et le FMI continuent d'achopper sur la question politiquement sensible des retraites. /Photo prise le 3 juin 2015/REUTERS/François Lenoir