Après la baisse du baril, l'Opep devrait prolonger le statu quo

mercredi 3 juin 2015 12h10
 

VIENNE (Reuters) - L'Opep devrait maintenir sa production à son niveau actuel pendant plusieurs mois encore, la thérapie de choc qui lui a permis de faire chuter le prix du baril ayant relancé la demande pour son brut et affaibli ses concurrents.

Le cours de l'or noir semble pour l'instant s'être stabilisé, autour de 65 dollars le baril pour le Brent, soit une vingtaine de dollars au-dessus du plus bas touché en janvier. Il avait culminé à plus de 115 dollars en juin de l'an dernier avant d'entamer une longue phase de baisse.

Les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs n'ont donc plus guère de raisons de modifier leur plafond global de production, fixé à 30 millions de barils par jour (bpj).

"Il y un consensus parmi les pays du Golfe membres de l'Opep, et les autres, pour laisser le plafond inchangé", a déclaré à Reuters mardi soir un délégué de l'un des Etats membres, après une réunion informelle des quatre principaux producteurs du Golfe.

Les ministres du Pétrole de l'Opep se réunissent vendredi dans la capitale autrichienne après deux jours d'un colloque auquel participent les dirigeants de certaines des principales compagnies pétrolières du monde, comme BP et Exxon, qui ont souffert ces derniers mois de la chute du baril.

"Personne ne veut faire de vagues. La réunion devrait être calme", a dit la source.

Le secrétaire général du cartel Abdullah al Badri, prié mercredi de dire si la réunion pouvait se prolonger à répondu: "Je ne crois pas. Tout est très clair."

La réunion précédente, en novembre, avait été nettement plus animée, le Venezuela et d'autres pays ayant tenté en vain de convaincre l'Arabie saoudite et ses alliés de réduire la production.

  Suite...

 
Le secrétaire général de l'Opep Abdullah al Badri à Vienne, où les ministres du Pétrole du cartel se réunissent ce vendredi après deux jours d'un colloque auquel participent les dirigeants de certaines des principales compagnies pétrolières du monde. L'Opep devrait maintenir sa production à son niveau actuel pendant plusieurs mois encore, la thérapie de choc qui lui a permis de faire chuter le prix du baril ayant relancé la demande pour son brut et affaibli ses concurrents. /Photo prise le 3 juin 2015/REUTERS/Leonhard Foeger