Léger ralentissement de la croissance du privé en zone euro

mercredi 3 juin 2015 11h14
 

PARIS/LONDRES/BERLIN (Reuters) - La croissance de l'activité du secteur privé dans la zone euro a légèrement ralenti en mai en dépit de la poursuite de la baisse des prix mais les entreprises ont augmenté leurs recrutements pour les porter à leur plus haut niveau depuis quatre ans, montrent mercredi les résultats définitifs des enquêtes de Markit auprès des directeurs d'achats.

L'indice PMI composite, qui regroupe le secteur des services et celui de l'industrie manufacturière, a reculé à 53,6 après 53,9 en mai mais dépasse la première estimation de 53,4 publiée le mois dernier. Celui des services ressort à 53,8 après 54,1 en avril et 53,3 en estimation "flash".

"La reprise de la zone euro a perdu une partie de son élan en mai, la croissance de la production et des nouvelles commandes ralentissant l'une et l'autre à des plus bas de trois mois", note Chris Williamson, chef économiste de Markit.

Le sous-indice des prix à la production, à 49,5 contre 49,2, reste inférieur au seuil de 50 sous lequel il traduit une contraction.

Parallèlement, celui de l'emploi a progressé à 52,6 après 51,8, atteignant son plus haut niveau depuis novembre 2010.

LA CROISSANCE DU PRIVÉ AU PLUS BAS DE L'ANNÉE EN ALLEMAGNE

La croissance de l'activité du secteur privé allemand est tombée en mai à son rythme le plus faible depuis le début de l'année, sur fond de ralentissement des nouvelles commandes, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de Markit.

L'indice PMI composite, qui mesure l'évolution de l'activité à la fois dans les services et le secteur manufacturier, est revenu à 52,6 après 54,1 en avril. Une première estimation l'avait donné à 52,8 le mois dernier.   Suite...

 
La croissance de l'activité du secteur privé dans la zone euro a légèrement ralenti en mai en dépit de la poursuite de la baisse des prix mais les entreprises ont augmenté leurs recrutements pour les porter à leur plus haut niveau depuis quatre ans, selon les résultats définitifs des enquêtes de Markit auprès des directeurs d'achats. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann