Accor accélère sa mutation en investissant le terrain de Booking

mercredi 3 juin 2015 15h44
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Accor a annoncé mercredi qu'il changeait de nom pour s'appeler AccorHotels et qu'il ouvrait sa plate-forme de réservation aux hôtels indépendants pour mieux faire face à la concurrence de Booking ou Expedia.

Après avoir réorganisé le groupe en deux pôles distincts, entre exploitation d'hôtels et gestion d'actifs immobiliers, puis avoir lancé un plan de transformation numérique, Sébastien Bazin, PDG d'Accor, veut franchir une nouvelle étape.

"Nous ne déclarons pas la guerre aux 'OTA' (online travel agencies) (...) nous voulons capter une partie de la croissance du marché", a-t-il déclaré à Reuters en marge d'une conférence de presse.

Il a précisé que les commissions perçues par Accor seraient de 30% à 50% moins chères que celles prélevées par les OTA.

Le numéro un européen de l'hôtellerie va transformer sa plate-forme de réservation AccorHotels.com en place de marché à partir de juillet, en l'ouvrant à des hôtels indépendants avec l'aide de Fastbooking, spécialiste de la vente de services aux hôteliers racheté en avril.

Cette initiative, qui constitue une première pour un groupe hôtelier, nécessitera 21 à 25 millions d'euros d'investissements supplémentaires par rapport aux 225 millions du plan digital lancé en octobre.

Sébastien Bazin souhaite ainsi affranchir en partie Accor de sa dépendance vis-à-vis des centrales pour permettre au groupe de capter davantage de croissance et mieux maîtriser ses marges.

Partant du principe qu'une marque se vend mieux dans un environnement commercial plus dense, Accor fait le pari qu'une plus grande visibilité d'une plate-forme ouverte lui permettra de capter une audience plus large et d'attirer davantage de clients vers ses propres marques.   Suite...

 
Le PDG d'Accor Sébastien Bazin. Le numéro un européen de l'hôtellerie a annoncé mercredi va prendre le nom d'AccorHotels et ouvrir sa plate-forme de distribution aux hôtels indépendants afin d'accélérer sa présence dans le digital et de mieux s'armer face à la concurrence des centrales de réservation en ligne. /Photo prise le 28 avril 2015/REUTERS/Benoît Tessier