Les ventes de Hyundai en panne, le titre chute à Séoul

mardi 2 juin 2015 11h01
 

par Hyunjoo Jin

SEOUL (Reuters) - Hyundai Motor a chuté de 10% en Bourse mardi, à son plus bas niveau depuis près de cinq ans, le constructeur automobile sud-coréen étant ainsi sanctionné pour sa trop grande dépendance envers les berlines qui lui a fait manquer le boom des véhicules de loisirs ou SUV (sport utility vehicles).

Les livraisons de l'usine américaine de Hyundai ont chuté de 17% en mai par rapport au même mois de 2014 et celles de ses usines chinoises de 12%, selon Yim Eun-young, analyste de Samsung Securities, qui a eu accès à des données préliminaires.

En plus de ne pas avoir vu venir l'engouement du public pour les SUV, Hyundai est pénalisé par la dépréciation du yen, à son plus bas niveau depuis 12 ans et demi face au dollar, qui favorise ses concurrents japonais.

En mai, le groupe a annoncé une hausse de la production de son SUV Tucson en Corée du Sud pour répondre à la demande, mais cette montée en puissance n'interviendra pas avant septembre.

"Hyundai a répondu trop tard à l'engouement du marché pour les SUV", constate Ko Tae-bong, analyste qui suit le secteur automobile pour Hi Investment & Securities.

Le titre a perdu 10,36% à 138.500 wons à la Bourse de Séoul mardi, sa plus forte baisse depuis août 2011, effaçant ainsi l'équivalent de 3,7 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros) de capitalisation boursière. La filiale Kia Motors a cédé 4,12% dans la foulée.

Pour mai, Hyundai a fait état d'un deuxième mois de baisse de ses ventes avec des reculs de 8% sur son marché intérieur et de 6% à l'international.

Le groupe communiquera dans la journée ses ventes aux Etats-Unis et Yim Eun-young, l'analyste de Samsung Securities, pense qu'elles seront non seulement en baisse mais aussi inférieures à celles de Kia pour la toute première fois.   Suite...

 
Hyundai Motor a chuté de 10% en Bourse mardi, à son plus bas niveau depuis près de cinq ans. Le constructeur automobile sud-coréen est sanctionné pour sa trop grande dépendance envers les berlines qui lui a fait manquer le boom des véhicules de loisirs ou SUV (sport utility vehicles). /Photo d'archives/REUTERS/Kim Hong-Ji