May 28, 2015 / 4:34 PM / 2 years ago

L'Europe finit en recul, sauf les Bourses de Londres et Lisbonne

3 MINUTES DE LECTURE

LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Sauf Londres et Lisbonne, les Bourses européennes ont terminé en repli jeudi, reprises par la crainte qu'Athènes ne parvienne pas à s'entendre avec ses créanciers à temps pour éviter un défaut de paiement, après un bref accès d'espoir la veille.

Alors que le gouvernement grec a déclaré qu'il espérait conclure un accord avec ses créanciers d'ici dimanche, la Banque centrale européenne et le FMI ont minimisé les chances d'une issue rapide aux négociations en cours.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en baisse de 0,86% à 5.137,83 points. Le Footsie britannique et Lisbonne ont tous deux gagné 0,11% mais le Dax allemand a reculé de 0,79%, l'indice EuroStoxx 50 de 0,87% et le FTSEurofirst 300 de 0,55%.

La Bourse d'Athènes s'est inscrite en recul de 1,69%. L'indice boursier grec est en progression d'environ 1,5% depuis le début de l'année alors que le FTSEurofirst 300 a pris 18%.

A la clôture en Europe, les grands indices américains perdaient entre 0,3% et 0,4%, alourdis notamment par la Grèce.

En Europe, les valeurs technologiques ont profité des spéculations autour d'une fusion entre les fabricants de semi-conducteurs américains Avago Technologies et Broadcom, confirmée à la mi-journée.

Les titres Infineon (+3,18%), STMicroelectronics (+3,26%) et ARM (+2,28%) figurent parmi les plus fortes hausses du jour parmi les grosses capitalisations.

L'indice des technologiques a pris 0,88%, plus forte hausse sectorielle en Europe, tandis que les secteurs cycliques et financiers ont accusé les plus fortes baisses du jour.

Soitec a cédé 3,49% contre la tendance de son secteur, le spécialiste des matériaux semi-conducteurs à performance extrême ayant annoncé une nouvelle perte annuelle.

A Londres, le numéro un européen des magasins de bricolage Kingfisher a pris 2,24% après avoir fait état d'un bénéfice trimestriel en hausse et supérieur aux attentes.

Ericsson a pris 3,3%, plus forte hausse de l'Eurofirst 300, Citigroup étant passé à l'achat sur le titre.

L'euro se maintient autour de 1,09 dollar, après ses gains de la veille, malgré le regain d'inquiétudes concernant la situation de la Grèce, une tendance favorisée par des chiffres encourageants sur la croissance espagnole.

Porté par la perspective d'un relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis, le dollar continue toutefois de progresser face au yen, après avoir atteint un pic de 12 ans et demi.

L'annonce d'une augmentation inattendue des inscriptions au chômage aux Etats-Unis la semaine dernière renforce ces anticipations de hausse des taux cette année.

Le pétrole se stabilise après l'annonce d'une quatrième semaine consécutive de baisse des stocks de brut aux Etats-Unis.

Avec Sudip Kar-Gupta, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below