Ryanair affiche un bénéfice annuel en hausse de 66%

mardi 26 mai 2015 11h28
 

par Conor Humphries

DUBLIN (Reuters) - Ryanair a fait état mardi d'un bond de 66% de son bénéfice annuel à la faveur d'une hausse d'un trafic passagers près de trois fois supérieure à l'estimation initiale de la première compagnie aérienne européenne à bas coûts, qui a précisé anticiper une progression de 10% de son résultat cette année.

Ces annonces font bondir le titre de la société irlandaise, qui avançait vers 09h05 GMT de 5,61% à 11,49 euros, s'approchant de ses records, inscrivant la plus forte hausse de l'indice Stoxx 600 et tirant vers le haut alors que l'indice regroupant les valeurs européennes liées au voyage et au transport aérien (+1,03%).

Sur l'exercice 2014-2015, clos le 31 mars, Rynanair a ainsi dégagé un résultat après impôts de 867 millions d'euros. Le trafic passagers a augmenté de 11% à 90 millions -- niveau le plus élevé en Europe -- sur la période contre une hausse projetée à 4% en début d'exercice.

Les analystes interrogés par Reuters avaient anticipé un bénéfice 2014-2015 de 866 millions.

Pour l'exercice qui vient de commencer, Ryanair voit son trafic passagers augmenter de 10% sur l'ensemble de l'exercice 2015-2016. En termes de bénéfice, la compagnie table sur un niveau compris entre 940 et 970 millions d'euros.

D'après la direction de la compagnie, l'amélioration des performances du groupe est surtout le fait du programme "Always Getting Better", destiné à redresser la piètre image du service clientèle de Ryanair.

Avec une baisse des tarifs, une flexibilité en termes de billets pour ceux qui voyagent en classe affaires et une moindre présence dans de petits aéroports régionaux, ce programme s'est traduit, toujours selon la direction, par une hausse moyenne de cinq point de base du coefficient d'occupation moyen sur l'année 2014-2015.

  Suite...

 
Ryanair a fait état mardi d'un bond de 66% de son bénéfice annuel après impôts à la faveur d'une hausse du trafic passagers près de trois fois supérieure à ce que la première compagnie aérienne européenne à bas coûts avait imaginé, 11% contre 4% anticipés. /Photo d'archives/REUTERS/Albert Gea