Près de 6 milliards de dollars d'amendes pour 6 banques aux USA

mercredi 20 mai 2015 19h06
 

par Karen Freifeld, Steve Slater et Katharina Bart

NEW YORK/LONDRES/ZURICH (Reuters) - Quatre grandes banques ont plaidé coupable mercredi de tentative de manipulation des taux de change et six au total devront payer des amendes d'un montant global de près de six milliards de dollars (5,4 milliards d'euros) dans le cadre d'un accord qui marque sans doute le point culminant de la répression internationale de cette fraude à grande échelle.

Au total, les autorités américaines et européennes ont infligé plus de 10 milliards de dollars de pénalités à sept banques accusées de n'avoir rien fait pour empêcher leurs traders de partager des informations confidentielles sur les ordres de certains clients dans le but d'augmenter leurs profits sur le marché des changes.

Des traders de Citigroup, JPMorgan Chase, Barclays et Royal Bank of Scotland qui se décrivaient eux-mêmes comme "le Cartel" ont utilisé des systèmes de messagerie instantanée et un langage codé pour manipuler le cours du dollar ou de l'euro entre décembre 2007 et janvier 2013, selon les autorités américaines.

Ces quatre banques ont plaidé coupable de manipulation concertée du marché des changes, sur lequel les transactions représentent jusqu'à 5.000 milliards de dollars par jour.

C'est pour la britannique Barclays que la note est la plus salée mercredi avec un montant total de 2,4 milliards de dollars, le groupe bancaire n'ayant pas accepté un précédent accord amiable, annoncé en novembre, avec certaines autorités britanniques et américaines.

"PILE JE GAGNE, FACE TU PERDS"

Barclays a en outre dû licencier huit de ses salariés et l'autorité de contrôle du secteur des services financiers de l'Etat de New York a averti qu'elle continuait de surveiller les systèmes électroniques de la banque.   Suite...

 
Cinq grandes banques, parmi lesquelles JP Morgan Chase, ont écopé d'amendes d'un montant global de 5,7 milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) aux Etats-Unis. Quatre d'entre elles ont accepté de plaider coupable de manipulation des taux de change. / Photo d'archives/REUTERS/Mike Segar