La croissance française au plus haut depuis le printemps 2013

mercredi 13 mai 2015 11h16
 

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - L'économie française a enregistré au premier trimestre sa croissance la plus dynamique depuis près de deux ans, ce qui devrait lui permettre de dépasser les prévisions du gouvernement pour l'ensemble de 2015, grâce notamment à une forte consommation des ménages.

Selon les données publiées mercredi par l'Insee, elle a été portée aussi par une importante contribution des stocks des entreprises, un élément qui fait qu'il lui sera sans doute difficile de continuer à ce rythme sur le deuxième trimestre.

"C'est une bonne nouvelle", a dit le ministre des Finances Michel Sapin après l'annonce d'une hausse de 0,6% du produit intérieur brut sur la période janvier-mars, un niveau supérieur aux attentes des économistes (+0,4% en moyenne).

"On sera à plus de 1% à la fin de l'année", a-t-il déclaré sur BFMTV, en référence à la prévision sur laquelle repose le scénario du gouvernement pour 2015, sans s'avancer plus.

L'acquis de croissance pour 2015, à savoir le niveau de l'ensemble de l'année si la croissance des trois derniers trimestres était nulle, se situe maintenant à +0,7%.

Michel Sapin a reconnu que cette embellie était encore insuffisante pour avoir un impact sur l'emploi. L'Insee a annoncé séparément que 13.500 postes avaient été détruits dans le secteur privé (hors agriculture) en France au premier trimestre, plus particulièrement dans l'industrie et la construction.

Le rebond de l'économie au premier trimestre est le plus vigoureux depuis le printemps 2013, quand le PIB avait enregistré une hausse révisée à 0,8% (contre 0,7% dans les précédentes estimations) sur trois mois.

Il se compare à une croissance allemande de 0,3%, inférieure aux prévisions et est d'autant plus fort que l'Insee a révisé en baisse de 0,1 point le PIB du troisième (à +0,2%) comme du quatrième trimestres 2014 (+0,0%).   Suite...

 
Les premiers résultats de l'Insee indiquent que l'économie française a enregistré une croissance de 0,6% au premier trimestre 2015, soit la progression la plus forte depuis le printemps 2013 (+0,7%), grâce à une forte hausse de la consommation des ménages et des stocks des entreprises. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier