Grèce et Chine ont fait rétrograder Wall Street

lundi 11 mai 2015 23h26
 

par Tanya Agrawal et Noel Randewich

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé la séance de lundi en baisse dans un contexte très incertain, tant pour la situation financière de la Grèce que pour l'évolution de la croissance en Chine.

La baisse des cours pétroliers a par ailleurs particulièrement affecté le compartiment des valeurs énergétiques.

La Bourse, qui avait bien monté vendredi à la suite d'une solide statistique de l'emploi, se traite à des valorisations historiquement élevées, favorisée en celà par des coûts d'emprunt ultra-bas.

L'indice Standard & Poor's 500 se traite à 17 fois les bénéfices attendus contre une médiane historique de 10 ans de 15, selon les données de Thomson Reuters StarMine.

L'indice Dow Jones a perdu 85,94 points (0,47%) à 18.105,17. Le S&P-500 a cédé 10,77 points (0,51%) à 2.105,33. Le Nasdaq Composite a laissé 9,98 points (0,20%) à 4.993,57.

"Même si le marché a fini en hausse vendredi, il y avait plus de valeurs en baisse sur la semaine et c'est un signe de faiblesse", a observé Paul Nolte (Kingsview Asset Management).

"Vu le degré d'inconfort des investisseurs, les dégagements d'aujourd'hui ont été modestes", tempère Michael Farr (Farr Miller & Washington).

La Grèce a annoncé lundi avoir remboursé 750 millions d'euros au Fonds monétaire international (FMI), une échéance un temps jugée à haut risque, mais les ministres des Finances de la zone euro, tout en reconnaissant les progrès réalisés, ont maintenu la pression sur Athènes pour tenter d'accélérer les discussions sur les réformes.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS