Les discussions d'Areva avec EDF buteraient sur la valorisation

jeudi 7 mai 2015 16h41
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Les discussions sur un rachat par EDF de tout ou partie des activités d'Areva dans les réacteurs nucléaires butent notamment sur des questions de valorisation, a-t-on appris jeudi de trois sources au fait du dossier.

Dans un scénario qui consisterait pour EDF à racheter la seule ingénierie des réacteurs du groupe nucléaire, l'électricien a fait une proposition ferme de 280 à 300 millions d'euros alors que son fournisseur demande un milliard.

Selon une des sources, EDF est aussi prêt à faire une offre pour l'ensemble des activités d'Areva dans les réacteurs (Areva NP), qui incluent la fabrication des grands composants et la maintenance, mais ne dispose pas de toutes les informations nécessaires.

"C'est clairement l'option que le gouvernement valide, EDF est prêt à déposer une offre mais Areva n'a pas donné tous les éléments (...) permettant de valoriser l'activité", selon cette source, qui évoque une fourchette de valorisation très large allant de deux à trois milliards d'euros.

"Une décision pourrait être prise très vite mais Areva a beaucoup de mal à accepter de redevenir la Cogema (centrée sur le combustible nucléaire-NDLR) et cherche à gagner un maximum de temps."

Selon une autre source, des voix s'élèvent en effet chez Areva pour critiquer une activité dans les réacteurs qui serait réduite à "l'arrière-boutique d'un électricien" ou encore à "un magasin de pièces détachées".

Selon un député au fait du dossier, le directeur général d'Areva, Philippe Knoche, a déclaré il y a peu aux élus du Cotentin qu'un rachat d'Areva NP par EDF "n'était pas un scénario qu'il soutenait personnellement".

Le dirigeant privilégie la cession d'une participation d'un maximum de 49% dans le pôle minier et la création d'une coentreprise Areva-EDF dans l'ingénierie nucléaire, a précisé cet élu.    Suite...

 
Les discussions sur un rachat par EDF de tout ou partie des activités d'Areva dans les réacteurs nucléaires buteraient notamment sur des questions de valorisation, /Photo prise le 7 mlai 2015/REUTERS/Charles Platiau