Siemens supprime encore des postes après un trimestre décevant

jeudi 7 mai 2015 09h23
 

FRANCFORT (Reuters) - Répétition du titre.

Siemens a fait état jeudi de résultats trimestriels légèrement inférieurs aux attentes des analystes financiers, les mauvaises performances de la division usine numérique du conglomérat industriel allemand venant se rajouter aux difficultés de la branche énergie.

Le groupe a également annoncé 4.500 suppressions de postes supplémentaires, dont la moitié en Allemagne, sa division turbines à gaz continuant de pâtir d'une demande atone et d'une érosion des prix tandis que la rentabilité de nombre d'autres de ses activités est jugée insatisfaisante.

Dans des échanges d'avant-Bourse, le titre Siemens est indiqué en baisse de 0,3%.

Le bénéfice des activités industrielles de Siemens sur les trois mois à fin mars est ressorti à 1,7 milliard d'euros alors que les analystes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne 1,78 milliard.

Joe Kaeser, président du directoire de Siemens, s'est engagé dans une rationalisation du vaste portefeuille d'actifs du groupe, afin de rattraper le retard accusé en termes de rentabilité par rapport à General Electric ou encore ABB.

Mais sa tâche est compliquée par une conjoncture peu porteuse dans nombre de pays, où la demande pour de nouvelles infrastructures est faible.

En plus de l'atonie de la demande, la division énergie de Siemens, qui représente quelque 40% des ventes du groupe, est plombée par des modifications structurelles de ce secteur d'activité.

Siemens, dont les activités vont des trains aux turbines, a réaffirmé son objectif d'une marge opérationnelle des activités industrielles comprise entre 10% et 11% alors que cette rentabilité est revenue à 9% au cours du deuxième trimestre contre 10,3% il y a un an.   Suite...

 
Siemens a fait état jeudi de résultats trimestriels inférieurs aux attentes des analystes financiers, les mauvaises performances de la division usine numérique du conglomérat industriel allemand venant se rajouter aux difficultés de la branche énergie. Le groupe a également annoncé 4.500 suppressions de postes supplémentaires. /Photo d'archives/REUTERS/