Accord sur les changes proche entre UBS et la justice américaine

mardi 5 mai 2015 09h50
 

par Joshua Franklin

ZURICH (Reuters) - UBS a déclaré mardi que les discussions avec le département de la Justice américain en vue d'un règlement à l'amiable du dossier de manipulation présumée des taux de change en étaient à un "stade avancé", la première banque suisse faisant également état de son meilleur bénéfice trimestriel en près de cinq ans.

Vers 09h35, le titre UBS gagne 4,62% à 19,93 francs, évoluant ainsi à un pic de près de cinq ans et demi et affichant de loin la plus forte hausse de l'indice Stoxx 50 alors que l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes avançait de 0,52%.

Un règlement avec le département de la Justice permettrait à UBS de commencer à tourner la page de toute une série d'enquêtes, menées par différentes autorités, cherchant à établir comment des courtiers, d'UBS mais aussi d'autres établissements, ont manipulé le marché des changes, où sont brassés quotidiennement plus de 5.000 milliards de dollars (4.505 milliards d'euros).

Le 12 novembre, les autorités britanniques, suisses et américaines avaient infligé des amendes d'un total de 4,3 milliards de dollars à six banques dont UBS, HSBC et Citigroup, dans le cadre de règlements négociés sur des manipulations présumées du marché des changes.

Mais, aux Etats-Unis, un accord n'avait été trouvé qu'avec l'Office of the Comptroller of the Currency (OCC), autorité de tutelle des banques. Les banques doivent ainsi encore s'entendre avec le département américain de la Justice (DoJ), la Réserve fédérale et les autorités financières new-yorkaises, qui poursuivent leurs propres investigations.

"Les discussions avec le DoJ se sont poursuivies et en sont à un stade avancé même si aucun accord n'a encore été trouvé (...) sur un règlement", a précisé la banque.

Il y a 15 jours, le Financial Times a rapporté que la justice américaine voulait conclure d'ici la mi-mai un accord amiable global avec cinq grandes banques, dont UBS, sur les allégations de manipulation du marché des changes.

L'accord concernerait JPMorgan Chase, Barclays, Citigroup, Royal Bank of Scotland en plus d'UBS, et conduirait chacune d'elles à verser environ un milliard de dollars (935 millions d'euros) de pénalités, avait précisé le quotidien, dont les informations ont ensuite été confirmées par des sources jointes par Reuters.   Suite...

 
UBS a fait état mardi d'une hausse nettement plus marquée que prévu de son bénéfice net du premier trimestre, la première banque suisse précisant que la contribution de la division gestion de fortune a été la plus élevée depuis 2008. /Photo prise le 10 février 2015/REUTERS/Arnd Wiegmann