Wall Street finit en baisse avec Apple

jeudi 30 avril 2015 22h53
 

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a cédé du terrain jeudi, plombée par Apple après des révélations sur un composant défectueux de sa montre connectée, alors que les indicateurs économiques du jour ont relancé les spéculations sur le moment que choisira la Réserve fédérale pour commencer à relever ses taux d'intérêt.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a cédé 195,01 points, soit 1,08%, à 17.840,52 points et le Standard & Poor's-500, plus large, a perdu 21,34 points ou 1,01% à 2.085,51 points.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a reculé de son côté de 82,22 points (1,64%) à 4.941,42 points, sa quatrième séance consécutive dans le rouge après ses records de la fin de semaine dernière.

Sur l'ensemble du mois d'avril, le Dow Jones conserve un gain modeste de 0,4% tandis que le S&P-500 a engrangé 0,9% et le Nasdaq Composite 0,8%. Depuis le 1er janvier, le Dow a pris 0,1%, le S&P 1,3% et le Nasdaq 4,3%, des performances nettement inférieures aux places européennes.

Apple, composante des trois grands indices de Wall Street et première capitalisation boursière de la place, a perdu 2,71% jeudi à 125,15 dollars en réaction aux informations du Wall Street Journal selon lesquelles la firme à la pomme a limité la disponibilité de l'Apple Watch après avoir découvert un défaut dans l'un de ses composants, de conception chinoise.

Le titre restait sur un gain de 31% depuis l'annonce, en septembre dernier, du lancement de la montre connectée qui a eu lieu le 24 avril.

Le recul du géant californien a fait la tendance faute de lecture claire des statistiques économiques du jour.

La baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage à leur plus bas niveau en 15 ans et la progression plus forte qu'attendu de l'indice PMI de Chicago ce mois-ci laissent espérer un rebond de l'activité au printemps après le coup d'arrêt attesté mercredi par les chiffres de la croissance du premier trimestre, mais cela relance le scénario d'une hausse des taux de la Fed autour de l'été.

"Je pense que les données du deuxième trimestre seront meilleures, et les chiffres des inscriptions au chômage dénotent un renforcement du marché du travail qui est, on le sait, surveillé de près par la Fed", note Mark Luschini, stratège chez Janney Montgomery Scott à Philadelphie.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS