Les "techs" ont dopé Wall Street en fin de semaine

vendredi 24 avril 2015 22h24
 

par Tanya Agrawal et Noel Randewich

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini la semaine en hausse, les indices Nasdaq Composite et S&P-500 clôturant sur des records, dopés par les solides résultats de géants des hautes technologies tels que Google, Amazon et Microsoft.

Six des dix grands indices sectoriels du S&P-500 ont toutefois fini dans le rouge. Celui des biens de consommation non essentiels enregistre le gain le plus élevé, de 1,34%, grâce à Amazon.com, le distributeur en ligne ayant touché un plus haut record à la suite de ses résultats.

L'indice Nasdaq Composite a gagné 36,02 points (0,71%) à 5.092,09 points. Le Dow Jones a pris 21,45 points (0,12%) à 18.080,14. Le S&P-500 a progressé de 4,76 points (0,23%) à 2.117,69. Sur l'ensemble de la semaine, le Dow gagne 1,4%, le S&P-500 1,8% et le Nasdaq Composite 3,3%.

La croissance du volume publicitaire a permis à Google de contrer un effet de change négatif dû au dollar fort, tandis que Microsoft a pu compenser le fléchissement de Windows grâce aux métériels et à l'informatique dématérialisée ("cloud"), cette dernière ayant également étayé les résultats d'Amazon.com.

Google a gagné près de 3%, Amazon a bondi de 14% et Microsoft a pris plus de 10%. "Microsoft évolue très vite vers le cloud et le mobile et nous apprécions", ont écrit des analystes de Piper Jaffray.

Alors même que les indices culminent à de nouveaux sommets, les résultats de sociétés trimestriels sont attendus en baisse de 1,3% et les chiffres d'affaires en recul de 3,5%, conséquence avant tout d'un dollar au mieux de sa forme et de la chute des prix pétroliers, un élément qui touche plutôt les sociétés du secteur de l'énergie.

"En fait, la Bourse semble considérer que le pétrole sera moins pesant à l'avenir et que les résultats du second semestre seront meilleurs que ce qu'ils sont actuellement", tempère Anthony Valeri (LPL Financial).

Aux valeurs, le génériqueur Mylan a annoncé vendredi l'ouverture formelle de son offre d'achat sur Perrigo, trois jours après son rejet par sa cible.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS