Technip affine ses objectifs après un 1er trimestre en hausse

jeudi 23 avril 2015 11h47
 

par Michel Rose

PARIS (Reuters) - Technip a affiné jeudi ses objectifs 2015 après avoir publié des résultats en hausse au titre du premier trimestre, mais estime que l'environnement économique reste difficile.

Le marché, déçu par la révision en baisse d'une des prévision du spécialiste français des équipements pétroliers et gaziers, a mal accueilli ces résultats. A 11h30, l'action recule de 1,78% à 62,85 euros à la Bourse de Paris, après un plus bas à 61,85 euros.

Dans une note de recherche, les analystes de Société générale soulignent que la division offshore-onshore de Technip restera "une vraie source d'inquiétude" pour les investisseurs.

Technip a indiqué viser un résultat opérationnel courant ajusté - son indicateur financier de référence - de 810 à 840 millions d'euros cette année dans ses activités sous-marines (subsea), "dans le haut de la fourchette" déjà indiquée.

Le résultat de la division onshore-offshore devrait quant à lui se situer entre 250 et 290 millions mais "dans le bas" de cette prévision.

Au premier trimestre, ce pôle a dégagé un taux de marge opérationnelle courante ajustée de 1,5% alors que celui de la division subsea approche 13%.

"Compte tenu de la surperformance de l'activité subsea et de la sous-performance de l'activité onshore-offshore, nous revoyons à la hausse notre objectif pour le subsea et nous revoyons à la baisse notre objectif pour l'onshore-offshore", écrit Technip dans un communiqué.

"De manière plus générale, nous confirmons nos commentaires sur la situation du marché: nous continuons de penser que le ralentissement va perdurer et rester significatif."   Suite...

 
Thierry Pilenko, PDG de Technip. Le spécialiste français des équipements pétroliers et gaziers a affiné jeudi ses objectifs 2015 après avoir publié des résultats en hausse au titre du premier trimestre, dont un résultat opérationnel courant ajusté en hausse de 43,3% à 171,7 millions d'euros. /Photo prise le 18 février 2015/REUTERS/Christian Hartmann