Tesco accuse la plus lourde perte de son histoire

mercredi 22 avril 2015 12h18
 

par James Davey et Neil Maidment

LONDRES (Reuters) - Le distributeur britannique Tesco a annoncé mercredi une perte annuelle de 6,4 milliards de livres (8,9 milliards d'euros), la plus lourde de ses 96 ans d'histoire, conséquence de la désaffection des consommateurs, qui l'a obligé à déprécier la valeur de ses supermarchés.

Affaibli l'an dernier par un scandale comptable et par la guerre des prix dans le secteur déclenchée par les spécialistes du discount Aldi et Lidl, Tesco a en effet choisi de réduire de sept milliards la valeur de ses magasins inscrite au bilan, pour prendre en compte le coût de leur restructuration et l'impact de la baisse de ses ventes.

Sa perte annuelle, qui inclut aussi des dépréciations de stocks, est l'une des plus lourdes jamais publiées par une entreprise britannique.

"Le marché reste difficile et nous ne prévoyons aucun mieux dans les mois à venir", a déclaré le nouveau directeur général Dave Lewis, venu d'Unilever, dont les décisions ont impressionné les investisseurs depuis son arrivée à la tête du groupe en septembre.

A la Bourse de Londres, l'action Tesco, très volatile, perdait 0,6% à 233,35 pence à 8h55 GMT, alors que l'indice FTSE-100 abandonnait 0,65%. Le titre a perdu près de 20% de sa valeur en un an, ramenant la capitalisation boursière du groupe à 19 milliards de livres.

Pour les analystes, si les résultats d'exploitation annuels sont globalement conformes aux attentes, les dépréciations sont bien plus lourdes que prévu.

Le bénéfice d'exploitation annuel ressort à 1,4 milliard de livres, un montant conforme aux indications données par la direction mais inférieur de plus de moitié à celui de l'exercice précédent. Il recule ainsi pour la troisième année consécutive.

Dave Lewis a précisé que les investissements prévus pour relancer l'activité des supermarchés pourraient se traduire par une nouvelle baisse du bénéfice d'exploitation cette année.   Suite...

 
Tesco a enregistré sur son exercice annuel clos le 28 février une perte avant impôt de 6,38 milliards de livres (8,86 milliards d'euros), la plus lourde de son histoire, en raison d'une dépréciation de 4,7 milliards de livres (6,5 milliards d'euros) de la valeur de ses magasins. /Photo prise le 22 avril 2015/REUTERS/Phil Noble