Le CA de Kering pénalisé par la chute des ventes de Gucci

mardi 21 avril 2015 21h10
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Kering a publié mardi un chiffre d'affaires pénalisé par un décrochage plus fort que prévu des ventes de Gucci, sa marque phare en pleine phase de relance et de repositionnement.

La griffe, qui compte pour plus de 60% de la rentabilité de Kering, a vu ses ventes chuter de 7,9% à changes constants - après une baisse de 0,5% au dernier trimestre et un recul de 1,1% sur l'ensemble de l'année 2014 - alors que les analystes tablaient sur un recul compris entre 3% et 5%.

La baisse a été de 4% dans le réseau des 502 magasins de la marque (83% du chiffre d'affaires) tandis qu'elle a atteint 23% chez les distributeurs tiers, où le groupe dit avoir volontairement limité les livraisons afin d'éviter d'alimenter le marché parallèle.

Gucci a été plombé par une base de comparaison défavorable au Japon (ses ventes avaient grimpé de 30% il y a un an avant un relèvement de TVA) et par un nouveau décrochage (-10%) en Asie hors Japon. Ses ventes ont progressé en Europe grâce aux flux touristiques nourris par la baisse de l'euro mais sont restées stables aux Etats-Unis.

L'effet de la TVA japonaise lui a coûté deux points de croissance, a précisé le directeur financier Jean-Marc Duplaix.

Pressé de questions sur le calendrier d'un retour à la croissance pour Gucci, Jean-François Palus, directeur général délégué, s'est contenté de réaffirmer que le plan de relance, sous la houlette du nouveau PDG Marco Bizzarri et du nouveau designer Alessandro Michele, porterait ses fruits à compter du deuxième semestre.

"Un gros chantier est en cours, en terme d'organisation et de merchandising et l'on peut raisonnablement espérer une amélioration des tendances au deuxième semestre", souligne Luca Solca, analyste d'Exane BNP Paribas.

Pour remettre Gucci sur les rails, Kering a remplacé son PDG et sa directrice artistique en décembre.   Suite...

 
Francois-Henri Pinault, PDG de Kering. Le groupe a publié mardi un chiffre d'affaires trimetriel pénalisé par un décrochage plus fort que prévu (-7,9%) des ventes de Gucci, sa marque phare compte pour plus de 60% de la rentabilité de Kering et qui est en pleine phase de relance et de repositionnement. /Photo prise le 17 février 2015/REUTERS/Charles Platiau