Schlumberger supprime encore 11.000 emplois, profits en berne

vendredi 17 avril 2015 07h24
 

(Reuters) - Schlumberger, le numéro un mondial des services pétroliers, a annoncé jeudi un bénéfice en recul de 38,8% au premier trimestre du fait d'une baisse de ses activités de forage, notamment en Amérique du Nord.

Dans ces conditions, le groupe texan a revu en baisse ses prévisions d'investissement et décidé de supprimer 11.000 emplois supplémentaires en plus des 9.000 départs déjà annoncés en janvier lors de la publication des résultats du quatrième trimestre. En tout, ce sont ainsi 20.000 suppressions d'emplois qui ont été annoncées cette année, soit 15% des effectifs de Schlumberger.

La baisse d'activité et les pressions sur les prix ont entraîné une baisse de 9% du chiffre d'affaires sur les trois premiers mois de l'année mais sa "gestion proactive des coûts" a permis au groupe d'afficher un résultat supérieur aux attentes de Wall Street.

L'action montait de 2,7% à 96,41 dollars dans les transactions d'après-Bourse.

Le bénéfice net attribuable à Schlumberger a reculé à 975 millions de dollars (906 millions d'euros) sur les trois mois au 31 mars, soit 76 cents par action, contre 1,59 milliard (1,21 dollar/action) un an plus tôt.

Hors charges liées aux restructurations, le bénéfice par action ressort à 1,06 dollar.

Les analystes prévoyaient en moyenne un BPA de 89 cents et un chiffre d'affaires de 10,4 milliards, selon le consensus établi par Thomson Reuters I/B/E/S.

Par rapport au quatrième trimestre, la baisse du chiffre d'affaires atteint 19%, reflétant les réductions d'investissements des compagnies pétrolières.

"Nous pensons que le redressement de l'activité de forage aux Etats-Unis prendra du temps compte tenu de l'augmentation du stock de puits non achevés et du développement du marché de la refracturation (d'anciens forages inépuisés)", déclare le directeur général Paal Kibsgaard dans le communiqué de résultats.   Suite...

 
Schlumberger a annoncé jeudi un bénéfice en recul de 38,8% au premier trimestre du fait d'une baisse de ses activités de forage, notamment en Amérique du Nord. Dans ces conditions, le , n°1 un mondial des services pétroliers a décidé de supprimer 11.000 emplois supplémentaires en plus des 9.000 suppressions de postes déjà annoncées. /Photo prise le 16 janvier 2015/REUTERS/Richard Carson