Meilleur bénéfice trimestriel en cinq ans pour Goldman Sachs

jeudi 16 avril 2015 17h07
 

par Sweta Singh et Lauren Tara LaCapra

(Reuters) - Goldman Sachs a publié jeudi son meilleur bénéfice trimestriel en cinq ans à la faveur d'importants gains sur le marché obligataire et des devises dans un contexte d'instabilité des marchés mondiaux au cours des trois premiers mois de l'année.

L'activité de trading sur les marchés obligataires et monétaires a été stimulée par la décision surprise en janvier de la Banque nationale suisse (BNS) d'abandonner le cours plancher du franc suisse de 1,20 pour un euro. Elle a aussi bénéficié de l'annonce en janvier par la Banque centrale européenne d'un programme d'assouplissement monétaire (quantitative easing/QE) et des perspectives d'un relèvement des taux de la Réserve fédérale américaine.

Goldman Sachs est très engagé sur le marché obligataire et le négoce de matières premières. Son directeur général, Lloyd Blankfein, estime que le groupe peut gagner des parts de marché en y restant alors que certains de ses concurrents s'y retirent en raison du nouveau cadre réglementaire sur les fonds propres et de la baisse de l'activité des clients.

Cette stratégie a porté ses fruits sur le dernier trimestre.

Le produit de la division FICC (obligataire, changes et matières premières) de la banque d'affaires américaine a progressé de 10% à 3,13 milliards de dollars pour le trimestre au 31 mars.

Cela représente environ 30% du total du produit net bancaire (PNB), qui a augmenté de 14% à 10,62 milliards de dollars. Le consensus des analystes était à 9,35 milliards.

La hausse du PNB sur le trading des devises et les obligations a partiellement compensé la baisse des revenus nets des produits de crédit, de matières premières et des prêts immobiliers.

Le revenu tiré de l'obligataire, des changes et des matières premières de Bank of America et Citigroup a diminué sur le trimestre. Morgan Stanley publiera ses comptes lundi prochain.   Suite...

 
Goldman Sachs annonce un bénéfice en hausse de 41%, soutenu par une explosion de son activité de trading en janvier à la suite de la décision de la Banque nationale suisse d'abandonner le plafond du franc par rapport à l'euro. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid