Nokia veut racheter Alcatel pour créer un champion européen

mercredi 15 avril 2015 21h13
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud et Jussi Rosendahl

PARIS/HELSINKI (Reuters) - Nokia a dévoilé mercredi une offre de rachat, toute en titres, de son concurrent franco-américain Alcatel-Lucent valorisant ce dernier à 15,6 milliards d'euros avec l'ambition de donner naissance à un champion européen capable de marcher sur les talons du numéro un mondial, Ericsson.

Fort d'un effectif de 114.000 personnes avec un chiffre d'affaires de 26 milliards d'euros, le nouvel ensemble mise sur ses complémentarités en termes de géographies et de produits ainsi que sur sa force de frappe en matière de R&D, dotée d'un budget parmi les plus élevés du secteur.

Si peu d'obstacles sont à prévoir sur les plans réglementaire comme politique après le soutien affiché du gouvernement français, certains analystes s'interrogent sur les chances de succès de l'opération après plusieurs ratés dans le secteur, à commencer par les rapprochements ayant donné naissance à Alcatel-Lucent et Nokia.

"L'accord a l'air parfait sur le papier mais il faudra attendre plusieurs années avant de savoir s'ils sont capables de tenir leurs promesses", souligne Susan Anthony, analyste à Mirabaud Securities.

Pour éviter les mésaventures rencontrées par d'autres opérations d'envergure présentées comme des fusions entre égaux (Publicis-Omnicom ou plus récemment Lafarge-Holcim), les termes de l'offre ne laissent aucun doute quant au fait que le groupe franco-américain passe sous pavillon finlandais.

Alcatel ne comptera que trois membres dans le futur conseil d'administration sur un total de neuf ou dix et le président et le directeur général seront issus de Nokia.

"Il ne s'agit pas d'une JV, c'est tout à fait clair. Nous avons appris de nos erreurs", a souligné le PDG de Nokia, Rajeev Suri, lors d'une conférence avec des analystes.

  Suite...

 
LE RACHAT D'ALCATEL-LUCENT PAR NOKIA