Rémy Cointreau porté par un rebond de ses ventes de cognac

mercredi 15 avril 2015 11h42
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau a fait état mercredi d'un vif rebond de sa croissance organique au dernier trimestre de son exercice décalé, grâce au redressement de ses ventes de cognac en Chine après deux ans de déstockages massifs liés aux mesures anti-corruption du gouvernement chinois.

Les ventes de Rémy Martin, principal centre de profit du groupe, ont grimpé de 38,7% à la faveur d'une base de comparaison très favorable (elles avaient chuté de 32,3% un an auparavant) et d'un nouvel an chinois plus tardif cette année.

Pendant la très cruciale période des festivités chinoises, les ventes aux détaillants, indicateur clé de l'évolution de la consommation, ont été positives en volume mais toujours négatives en valeur.

Rémy Cointreau, plus exposé que ses concurrents aux eaux-de-vie très haut de gamme (catégories XO et Louis XIII), fait moins bien moins que Pernod Ricard, qui a vu les ventes au détail de Martell progresser de 3% en valeur pendant le nouvel an chinois.

Il fait cependant mieux que Hennessy (groupe LVMH) qui, après avoir entamé ses déstockages plus tardivement en Chine, a vu ses ventes poursuivre leur baisse dans le pays entre janvier et mars.

"Nous pensons que la situation s'est stabilisée en Chine", a estimé Luca Marotta, directeur financier de Rémy Cointreau, lors d'une conférence téléphonique, ajoutant tabler sur une stabilisation en valeur des ventes de Rémy Martin aux détaillants chinois en 2015-2016.

La pratique des cadeaux ayant quasiment disparu en Chine (elle comptait pour environ un tiers du marché du luxe), Rémy Cointreau pousse les feux de ses catégories intermédiaires de cognac.

  Suite...

 
Rémy Cointreau fait état d'un vif rebond de sa croissance organique au dernier trimestre de son exercice décalé, grâce au redressement de ses ventes de cognac. Le chiffre d'affaires du propriétaire de Rémy Martin, de la liqueur Cointreau ou du rhum Mount Gay a atteint 224,2 millions d'euros au quatrième trimestre 2014-2015, en progression de 23,4% à taux de change constants. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau