Shell défie Exxon en rachetant BG pour 47 milliards de livres

mercredi 8 avril 2015 14h17
 

par Dmitry Zhdannikov et Karolin Schaps

(Reuters) - Royal Dutch Shell a annoncé mercredi le rachat de BG Group pour 47 milliards de livres (64,34 milliards d'euros), la première méga-fusion dans le secteur pétrolier depuis des années, dans le but de réduire l'écart avec l'américain Exxon Mobil, première "major" mondiale.

Dans un communiqué commun, Shell et BG ont expliqué que l'offre d'achat combinerait du cash et des titres valorisant chaque action BG à 1.350 pence environ, soit une prime de près de 52% sur le cours de Bourse moyen des 90 dernières séances.

En acceptant de payer sa cible au prix fort, Shell se met à l'abri d'une contre-offre d'un rival comme Exxon, qui a également fait part de son intention de se développer, malgré la mauvaise passe que traverse le secteur pétrolier avec l'effondrement des cours du brut.

Shell paiera 383 pence en numéraire et 0,4454 action B Shell pour chaque action BG Group. Sur cette base, les actionnaires de BG Group détiendront environ 19% de l'entité fusionnée.

BG avait une capitalisation de 46 milliards de dollars (42,3 milliards d'euros) à la clôture de mardi, alors que celle de Shell atteignait 202 milliards et celle d'Exxon 360 milliards.

L'action BG a flambé de 42% en ouverture en Bourse de Londres. Vers 11h40 GMT, elle prenait encore plus de 33% à 1.212 pence, tandis que Shell cédait 2,13% à 2.050p.

L'annonce de ce rapprochement profite à bon nombre d'autres valeurs du secteur. BP avance ainsi de 1,38%.

Depuis la mi-juin, l'action BG avait perdu près de 28% et l'action Shell 3,3% à Amsterdam. Dans le même temps l'indice FTSE pétrolier et gazier avait cédé 17,2%, principalement en raison de la chute des cours du baril.   Suite...

 
Royal Dutch Shell, le numéro un du secteur de l'énergie britannique, a dit mercredi avoir conclu un accord pour racheter le numéro trois, BG Group, pour 47 milliards de livres (64,34 milliards d'euros), réalisant la première méga-fusion dans le secteur pétrolier depuis des années. /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall