Shell mise sur le gaz en achetant BG pour 47 milliards de livres

mercredi 8 avril 2015 10h05
 

par Narottam Medhora et Dmitry Zhdannikov

(Reuters) - Royal Dutch Shell a annoncé mercredi le rachat de BG Group pour 47 milliards de livres (64,34 milliards d'euros), la première méga-fusion dans le secteur pétrolier depuis des années, dans le but de réduire l'écart avec l'américain Exxon Mobil, première "major" mondiale.

Dans un communiqué commun, Shell et BG ont expliqué que l'offre d'achat combinerait du cash et des titres valorisant chaque action BG à 1.350 pence environ, soit une prime de près de 52% sur le cours de Bourse moyen des 90 dernières séances.

Shell paiera 383 pence en numéraire et 0,4454 action B Shell pour chaque action BG Group. Sur cette base, les actionnaires de BG Group détiendront environ 19% de l'entité fusionnée.

BG avait une capitalisation de 46 milliards de dollars (42,3 milliards d'euros) à la clôture de mardi, alors que celle de Shell atteignait 202 milliards et celle d'Exxon 360 milliards.

L'action BG a flambé de 42% en ouverture en Bourse de Londres. Une demie-heure après le début des échanges, elle prenait encore plus de 39% à 1.267 pence, tandis que Shell cédait 1,77% à 2.057 p. Et l'annonce de ce rapprochement profitait à bon nombre d'autres valeurs du secteur: BP avançait de 4,2%, tandis qu'en Bourse de Paris, Total prenait 1,29%.

Depuis la mi-juin, l'action BG avait perdu près de 28% et l'action Shell 3,3% à Amsterdam. Dans le même temps l'indice FTSE pétrolier et gazier avait cédé 17,2%, principalement en raison de la chute des cours du baril.

L'opération - la plus importante dans le monde depuis le début de l'année, tous secteurs confondus - doit donner à Shell un accès aux gisements de BG au Brésil, en Afrique de l'est, en Australie, au Kazakhstan et en Egypte, dont certains figurent parmi les projets les plus ambitieux du monde dans le gaz naturel liquéfié (GNL).

"Nous avons étudié un certain nombre d'opportunités et BG s'est à chaque fois classé en tête de liste des prospects avec lesquels nous pouvions nous allier", a déclaré le directeur général de Shell, Ben van Beurden, lors d'une conférence de presse. "Nous avons deux portefeuilles très solides combinant le forage en eaux profondes et le gaz intégré."   Suite...

 
Royal Dutch Shell, le numéro un du secteur de l'énergie britannique, a dit mercredi avoir conclu un accord pour racheter le numéro trois, BG Group, pour 47 milliards de livres (64,34 milliards d'euros), réalisant la première méga-fusion dans le secteur pétrolier depuis des années. /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall