La fronde de Psam s'arrêtera aux portes du conseil de Vivendi

vendredi 3 avril 2015 18h30
 

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Dans son bras de fer avec Vivendi, le fonds Psam exclut d'avoir recours à l'option radicale qui consisterait à demander un chamboulement du conseil de surveillance lors de l'assemblée générale du groupe de médias, a déclaré à Reuters son fondateur et dirigeant Peter Schoenfeld.

Les passes d'armes se sont multipliées ces derniers jours entre le groupe français et le fonds spéculatif américain qui réclame une plus large redistribution aux actionnaires du trésor de guerre accumulé par la société après une cascade de cessions.

Psam a déposé deux résolutions en vue de l'AG de Vivendi du 17 avril réclamant quelque neuf milliards d'euros de dividendes au total pour les actionnaires mais ses chances de succès pourraient pâtir des recommandations défavorables rendues par les très suivies sociétés américaines de conseil aux actionnaires ISS et Glass Lewis. et

Dans ce duel sous tension, le fonds, qui détient 0,8% de Vivendi, pourrait garder une botte secrète en utilisant la faculté qui lui est offerte en tant qu'actionnaire de demander des changements dans la composition du conseil de surveillance au cours même de l'AG.

Si la réglementation prévoit une date limite pour le dépôt des résolutions soumises au vote, tout actionnaire a la faculté de demander pendant l'assemblée à ce qu'un texte portant sur la révocation ou la nomination d'un administrateur soit débattu et fasse l'objet d'un vote.

Psam, qui a plusieurs fois exprimé des critiques sur la gouvernance de Vivendi et des interrogations sur l'indépendance de certains membres du conseil, ne prévoit pas cependant de porter la fronde sur ce terrain.

"Nous ne préparons rien en ce qui concerne les administrateurs. Nous n'avons absolument aucun projet sur ce plan", a déclaré Peter Schoenfeld lors d'un entretien.

Le conseil de surveillance de Vivendi, présidé depuis juin dernier par son principal actionnaire Vincent Bolloré, compte à ce jour 14 membres dont dix indépendants.   Suite...

 
Le fondateur et dirigeant Peter Schoenfeld du fonds spéculatif Psam exclut d'avoir recours à l'option radicale qui consisterait à demander un chamboulement du conseil de surveillance lors de l'assemblée générale de Vivendi. Les passes d'armes se sont multipliées ces derniers jours entre le groupe français de médias et le fonds américain qui réclame une plus large redistribution aux actionnaires du trésor de guerre accumulé par la société après une cascade de cessions. /Photo d'archives/REUTERS/Sébastien Nogier