L'OCDE réclame une réforme du marché du travail en France

jeudi 2 avril 2015 17h51
 

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le défi le plus important pour la France est de réformer son marché du travail pour favoriser la création d'emplois, estime l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Cette recommandation prioritaire du rapport sur la France présenté jeudi intervient alors que le gouvernement multiplie les déclarations sur la nécessité de favoriser l'embauche, en particulier pour les petites et moyennes entreprises.

L'OCDE recommande par ailleurs à la France de baisser le poids de ses dépenses publiques, le plus lourd des pays de l'organisation après la Finlande, à 57,3% du PIB, pour alléger la pression fiscale afin de favoriser la croissance.

Pour doper l'activité, la France doit également simplifier dans tous les domaines, poursuit l'OCDE, selon qui les réformes menées par le gouvernement vont dans le bon sens mais doivent être accentuées.

"La performance économique de la France n'est pas à la hauteur de son potentiel, la dynamique de réforme doit donc être accélérée. Il faut maintenir le cap", a déclaré son secrétaire général, Angel Gurria, en présentant le rapport.

"Le cap fixé par le gouvernement sera maintenu", lui a répondu le ministre français des Finances, Michel Sapin. "Car la reprise, pour devenir durable et solide, nécessite de la confiance et la confiance est le produit de la constance."

L'organisation internationale prévoit que la croissance économique atteindra 1,1% cette année en France - proche de la prévision gouvernementale de 1,0% - puis 1,7% en 2016.

"Le problème fondamental de la France est l'absence de croissance économique", a déclaré Peter Jarrett, chef de division à l'OCDE, en soulignant que seule l'Italie a une croissance du PIB par habitant plus faible sur longue période.   Suite...

 
Le défi le plus important pour la France est de réformer son marché du travail pour favoriser la création d'emplois, estime l'Organisation de coopération et de développement économiques dans son rapport présenté jeudi./Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann