Athènes croit à un accord et dément un retard de paiement au FMI

mercredi 1 avril 2015 18h56
 

par Renee Maltezou et Costas Pitas

ATHENES (Reuters) - La Grèce espère parvenir la semaine prochaine à un accord avec ses bailleurs de fonds étrangers et n'a pas l'intention de reporter le remboursement d'un prêt du Fonds monétaire international (FMI) prévu dans huit jours, a déclaré mercredi le gouvernement Tsipras, alors que l'inquiétude monte sur le risque de défaut du pays.

L'Etat grec est menacé d'être à court de liquidités dans quelques semaines mais la zone euro et le FMI maintiennent le gel de leur aide financière faute d'engagements clairs et détaillés d'Athènes en matière de réformes structurelles.

Un paiement d'environ 430 millions d'euros au FMI prévu le 9 avril pourrait bien être le prochain test clé de la solvabilité de la Grèce, qui a déjà eu recours ces dernières semaines à des mesures d'urgence, en puisant dans la trésorerie d'entreprises ou d'administrations publiques pour financer ses dépenses courantes.

Dans un entretien au magazine allemand Der Spiegel, le ministre de l'Intérieur, Nikos Voutsis, a déclaré qu'en l'absence d'une nouvelle aide financière extérieure d'ici au 9 avril, son pays ne pourrait pas rembourser le FMI.

Le gouvernement a ensuite démenti que ces propos reflètent la position officielle d'Athènes.

"Il n'y a aucun risque que la Grèce n'honore pas ses obligations envers le FMI le 9 avril", a déclaré à Reuters Gabriel Sakellaridis, porte-parole du gouvernement.

Le ministre du Travail, Panos Skourletis, a expliqué de son côté que l'objectif de la visite à Moscou d'Alexis Tsipras prévue la semaine prochaine serait de voir "si notre amitié historique avec la Russie peut être étendue à un autre niveau", a rapporté le journal allemand Die Zeit.

"Nous aimerions rester à bord du navire Europe. Mais si le capitaine nous pousse par dessus bord, nous devrons essayer de nager", a-t-il ajouté.   Suite...

 
La Grèce espère parvenir la semaine prochaine à un accord avec ses bailleurs de fonds étrangers et n'a pas l'intention de reporter le remboursement d'un prêt du Fonds monétaire international (FMI) prévu dans huit jours, alors que l'inquiétude monte sur le risque de défaut du pays. /Photo prise le 30 mars 2015/REUTERS/Alkis Konstantinidis