Holcim tend la main à Eurocement pour tenter de sauver la fusion

mercredi 1 avril 2015 18h15
 

ZURICH/PARIS (Reuters) - Holcim est ouvert à l'idée qu'Eurocement, détenu par l'homme d'affaires Russe Filaret Galtchev, siège au conseil d'administration du futur LafargeHolcim, un geste destiné à améliorer les chances de succès du projet de fusion avec Lafarge.

"Vous pouvez assumer que nous parlons à tous les actionnaires, et aussi à lui", a déclaré Wolfgang Reitzle, président d'Holcim, dans une interview à l'agence Bloomberg, faisant référence à Eurocement, deuxième actionnaire du groupe suisse avec 10,8% du capital.

"Il serait bénéfique de l'avoir au conseil, car il apporterait avec lui beaucoup d'expertise du secteur du ciment."

Un porte-parole d'Holcim a confirmé les propos tenus par le président du groupe.

Eurocement a rejeté le week-end dernier le compromis conclu le 20 mars entre Lafarge et Holcim pour modifier leur projet de fusion dont plusieurs termes étaient contestés par la partie suisse. L'augmentation de capital d'Holcim qui servira de support à l'offre d'échange entre les deux groupes doit être soumise aux actionnaires du groupe suisse le 8 mai.

Wolfgang Reitzle a ajouté que le directeur général de l'entité née de la fusion, poste initialement dévolu au PDG de Lafarge Bruno Lafont, serait nommé d'ici deux semaines. Il a exclu en revanche l'idée de rouvrir les négociations sur le ratio d'échange ou sur le dividende exceptionnel promis aux actionnaires si la fusion est bien réalisée.

Une source proche du dossier a indiqué qu'un rôle au conseil était jugé intéressant par Eurocement, mais que l'actionnaire demandait toujours un ratio d'échange plus favorable que celui de 0,9 action Holcim pour une action Lafarge convenu le 20 mars.

FINALISATION TOUJOURS ENVISAGÉE EN JUILLET   Suite...

 
Le président d'Holcim Wolfgang Reitzle. Holcim est ouvert à l'idée qu'Eurocement, détenu par l'homme d'affaires Russe Filaret Galtchev, siège au conseil d'administration du futur LafargeHolcim, un geste destiné à améliorer les chances de succès du projet de fusion avec Lafarge. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann