Le marché automobile français se porte mieux

mercredi 1 avril 2015 14h28
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) a relevé mercredi sa prévision du marché automobile français cette année au vu d'immatriculations solides en mars avec les signes d'amélioration de l'économie.

Le CCFA table désormais sur une croissance de 2% environ des immatriculations de voitures neuves en 2015, alors qu'il attendait jusqu'ici un marché "globalement stable"."La France est sur un 'trend' de rattrapage en pourcentage de l'évolution européenne", a déclaré Patrick Blain, président du CCFA, au cours d'une conférence de presse.

"Tout laisse à penser que le mois de mars sera également un bon mois en commandes (...) Depuis janvier, le marché frémit, l'économie frémit, ce n'est pas le seul secteur en France, mais en tout cas l'automobile le confirme."

S'il est parvenu l'an dernier à interrompre quatre années consécutives de baisse, le marché français n'a affiché qu'une hausse timide de 0,3% et reste à la traîne du reste de l'Europe, plombé notamment par les incertitudes économiques qui incitent les consommateurs à différer les gros achats.

Philippe Buros, directeur commercial de Renault pour la France, a estimé qu'une hausse de 2% à 3% du marché automobile français pouvait aujourd'hui être envisagée cette année.

Le mois dernier, les immatriculations de voitures neuves ont conforté leur rebond et grimpé de 9,3% en données brutes par rapport à mars 2014. La hausse ressort à 4,3% si l'on tient compte d'un jour ouvrable supplémentaire cette année.

Le marché automobile français affiche ainsi une progression de 6,9% au premier trimestre, tiré à la fois par les crossovers et 4x4 qui représentent désormais une vente sur quatre en France, et par les versions d'entrée de gamme et les modèles low cost, la gamme économique et inférieure pesant aujourd'hui 56% du marché contre 52% il y a deux ans.

En incluant les véhicules utilitaires légers, la progression du marché sur trois mois ressort à 5,8%.   Suite...

 
LES IMMATRICULATIONS EN FRANC