Le marché reste optimiste pour les Bourses de la zone euro

mardi 31 mars 2015 16h22
 

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Les actions de la zone euro devraient poursuivre leur rebond entamé depuis le début de l'année, les mesures prises par la Banque centrale européenne et la baisse de l'euro devant soutenir la croissance et les résultats des entreprises de la région, estiment gérants et analystes interrogés par Reuters.

Après un exercice 2014 pénalisé par les craintes entourant la croissance mondiale, l'indice CAC 40 et l'Euro Stoxx 50 s'apprêtent à enregistrer leur meilleur premier trimestre depuis 1998 avec des progressions de respectivement 19% et 18,5%.

Le sondage trimestriel mené la semaine dernière auprès d'une cinquantaine d'analystes et de gérants de fonds montre que le CAC 40 devrait atteindre 5.350 points en fin d'année, contre 5.083,52 points enregistrés lundi en clôture, soit une nouvelle hausse de 5,2%.

Selon ce nouveau sondage, l'indice Euro Stoxx 50 devrait atteindre 3.900 points à fin 2015, en progression de 4,6% par rapport à la clôture de lundi soir.

Cette tendance est plus optimiste que celle observée sur le marché des contrats à terme, où les futures sur le CAC 40 à échéance décembre 2015 se négociaient mardi à 4.960,50 points, et survient alors que les actions de la zone euro affichent la meilleure rentabilité des différentes principales classes d'actifs au premier trimestre.

DES VALORISATIONS "PLUS TENDUES"

"La BCE devrait poursuivre sa politique monétaire exceptionnellement accommodante, qui aura pour effet de maintenir les taux à de faibles niveaux et ainsi entretenir une dynamique de flux positive sur les actions européennes", estime Antoine Bonduelle, gérant chez Alma Capital et Associés.   Suite...

 
Les actions de la zone euro devraient poursuivre leur rebond entamé depuis le début de l'année, les mesures prises par la Banque centrale européenne et la baisse de l'euro devant soutenir la croissance et les résultats des entreprises de la région, estiment gérants et analystes interrogés par Reuters. /Photo prise le 16 mars 2015/REUTERS/Ralph Orlowski